in

Un autre bateau de croisière en Norvège a calé sur un cas de virus

Un bateau de croisière transportant plus de 200 personnes a accosté dans un port norvégien mercredi et a reçu l’ordre de garder tout le monde à bord après qu’un passager d’un voyage précédent ait été testé positif pour le coronavirus

Par

JAN M. OLSEN Associated Press

5 août 2020 à 14:35

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Copenhague, Danemark —
Un bateau de croisière transportant plus de 200 personnes a accosté dans un port norvégien mercredi et a reçu l’ordre de garder tout le monde à bord après qu’un passager d’un voyage précédent ait été testé positif pour le coronavirus à son retour au Danemark.

La maire de Bodoe, Ida Pinneroed, a déclaré à la chaîne norvégienne NRK que les 85 membres d’équipage du SeaDream 1 seraient tous testés pour le virus et que les autorités étaient en contact avec l’Institut norvégien de la santé publique pour savoir si les 123 passagers devraient l’être également.

«Nous prenons la situation très au sérieux», a déclaré le maire.

La société norvégienne propriétaire du navire, SeaDream Yacht Club, a déclaré que l’ancien passager ne présentait aucun symptôme de COVID-19 lors du voyage précédent et était rentré de Tromsoe le 2 août. La personne a subi un test viral de routine à son arrivée à Le Danemark et il est revenu positif mardi.

Tous les autres passagers du voyage de la personne infectée doivent se mettre en quarantaine pendant 10 jours, a déclaré l’Institut norvégien de santé publique.

Le nouveau voyage du navire, le long de la côte norvégienne, a commencé le 2 août à Tromsoe et s’est arrêté à Bodoe, à 200 kilomètres (124,3 miles) au sud.

« Nous espérons sincèrement qu’il n’y a pas de COVID-19 à bord, et nous ne sommes au courant d’aucun autre invité ou membre d’équipage infecté ou présentant des symptômes, mais nous prenons toutes les précautions nécessaires », a déclaré SeaDream Yacht Club dans un communiqué.

L’agence de presse norvégienne NTB a rapporté plus tard mercredi que tout l’équipage avait été testé négatif. Il n’était pas immédiatement clair si le navire resterait en quarantaine ou s’il serait autorisé à débarquer tout ou partie de ceux qui se trouvaient à bord.

Pendant ce temps, le nombre de personnes sur un autre navire de croisière norvégien qui ont été testées positives pour le virus a atteint 44, neuf passagers et 35 membres d’équipage, a rapporté mardi soir l’Institut norvégien de la santé publique. Les neuf passagers infectés du MS Roald Amundsen étaient enregistrés comme résidents norvégiens.

On ne sait pas comment cette épidémie. La compagnie de croisière Hurtigruten a interrompu tous ses voyages de croisière après l’apparition de l’épidémie et la Norvège a fermé lundi ses ports aux navires de croisière pendant deux semaines. On ne savait pas immédiatement pourquoi SeaDream 1 avait été autorisé à accoster à Bodoe.

Les navires de Hurtigruten agissent souvent comme un ferry local, voyageant de port en port le long de la côte ouest de la Norvège. Certains passagers débarquant peuvent avoir propagé le virus aux communautés locales.

En Russie, un bateau de croisière fluviale a été arrêté samedi dans la ville de Nizhny Novgorod après que neuf membres d’équipage ont été testés positifs pour le coronavirus. Trois d’entre eux ont été hospitalisés et tous les passagers à bord ont été transportés chez eux par autobus, ont indiqué les autorités locales.

———

Daria Litvinova à Moscou a contribué à cette histoire.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

La recherche et le sauvetage se poursuivent alors que Beyrouth se réveille aux effets d’une explosion dévastatrice

Trump dit à nouveau que l’explosion au Liban aurait pu être une attaque