in

Les législateurs britanniques demandent des sanctions contre les violences policières à Hong Kong

Les législateurs britanniques ont exhorté le gouvernement britannique à sanctionner le dirigeant de Hong Kong pour avoir prétendument autorisé une «violence policière excessive» contre les travailleurs humanitaires lors des manifestations pro-démocratie

4 août 2020 à 12:47

2 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

LONDRES –
Les législateurs britanniques ont exhorté mardi le gouvernement britannique à sanctionner le dirigeant de Hong Kong pour avoir permis une «violence policière excessive» contre les travailleurs humanitaires qui tentaient d’aider les personnes blessées lors des manifestations pro-démocratie.

Un rapport de membres du groupe parlementaire bipartite All Party sur Hong Kong a déclaré que les secouristes, les médecins et les infirmières, avaient été victimes d’intimidation, de menaces, de violences physiques et d’arrestations au cours de mois d’affrontements entre la police et les manifestants qui ont commencé dans la zone semi-autonome. Ville chinoise l’année dernière.

«Le traitement réservé par la police de Hong Kong aux travailleurs humanitaires et leur ingérence dans les hôpitaux ont conduit les manifestants blessés à ne pas recevoir les soins médicaux requis à temps ou pas du tout», indique le rapport.

Le législateur Alistair Carmichael, qui copréside le groupe parlementaire, a déclaré que la violence n’était «pas le fait de quelques officiers voyous», mais plutôt un changement de politique «clairement systématique et assez délibéré» qui s’alignait davantage sur le maintien de l’ordre en Chine continentale.

Les auteurs du rapport ont déclaré qu’ils avaient tiré leurs conclusions après avoir reçu plus de 1 000 éléments de preuve écrits et entendu de nombreux témoignages de première main.

Ils ont appelé la Grande-Bretagne à imposer d’urgence des sanctions à la dirigeante de Hong Kong, Carrie Lam, et au commissaire de police de la ville.

Hong Kong a connu des violences lors de manifestations anti-gouvernementales au cours de l’année écoulée, alors que les manifestations contre un projet de loi qui permettrait l’extradition de suspects vers la Chine se sont transformées en un mouvement de protestation beaucoup plus large pour une réforme démocratique et contre la brutalité policière présumée.

Bien que le projet de loi d’extradition ait été retiré par la suite, les manifestations se sont poursuivies pendant des mois. La police utilisant des gaz lacrymogènes, du gaz poivré et des balles en caoutchouc pour disperser les manifestants est devenue courante.

Pékin a imposé une loi radicale sur la sécurité nationale à Hong Kong le mois dernier, soulevant des inquiétudes répandues sur le fait que le gouvernement chinois réprimait les manifestations anti-gouvernementales.

Hong Kong jouit depuis longtemps de libertés civiles que l’on ne voit nulle part ailleurs en Chine continentale car elle est régie par le principe «un pays, deux systèmes» en place depuis que l’ancienne colonie britannique est revenue à la domination chinoise en 1997.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

La tempête tropicale Isaias se précipite sur la côte Est avec des vents puissants, des inondations soudaines et des tornades

Une explosion massive secoue Beyrouth, on craint des victimes