in

La consommation d’énergie aux États-Unis a atteint son plus bas niveau depuis 30 ans lors des arrêts pour pandémie

La consommation d’énergie aux États-Unis a chuté à son plus bas niveau en plus de 30 ans ce printemps alors que l’économie s’est en grande partie arrêtée en raison du coronavirus

Par

MATTHEW BROWN Associated Press

29 juillet 2020 à 18h48

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

FACTURATION, Mont. –
La consommation d’énergie américaine a chuté à son plus bas niveau en plus de 30 ans ce printemps alors que l’économie du pays s’est en grande partie arrêtée à cause du coronavirus, ont rapporté mercredi des responsables fédéraux.

La baisse est due à une moindre demande de charbon qui est brûlé pour l’électricité et le pétrole qui est raffiné en essence et en carburéacteur, a déclaré la US Energy Information Administration.

Les baisses étaient en ligne avec la baisse de la consommation d’énergie dans le monde, alors que la pandémie s’emparait des économies. Ces tendances devraient s’inverser avec la reprise de l’activité commerciale, mais une baisse annuelle des émissions de gaz à effet de serre aux États-Unis et dans le monde est attendue et certaines sociétés énergétiques sont déjà tombées en faillite.

La consommation globale d’énergie aux États-Unis a chuté de 14% en avril par rapport à un an plus tôt, a déclaré l’administration de l’énergie. C’est le niveau mensuel le plus bas depuis 1989 et la plus forte baisse jamais enregistrée dans les données collectées depuis 1973.

La plus forte baisse observée précédemment a eu lieu en décembre 2001, après que les attentats du 11 septembre ont choqué l’économie et qu’un hiver doux a encore déprimé la demande d’électricité.

Au cours de la baisse de la consommation d’énergie de ce printemps, la consommation de gaz naturel a inversé la tendance des combustibles fossiles et a augmenté de 15% pendant le verrouillage d’avril, la consommation résidentielle augmentant, la plupart des pays étant sous commande au domicile.

La consommation de pétrole est tombée à 14,7 millions de barils par jour en avril, en baisse de près d’un tiers par rapport à la même période en 2019. La demande a déjà rebondi après l’expiration des commandes au domicile et de grands secteurs de l’économie ont recommencé à bouger.

Emmenée par des personnes revenant à leurs anciennes habitudes de conduite, la consommation de pétrole en juin était revenue à 17,6 millions de barils par jour, selon l’American Petroleum Institute. Mais les nouvelles activités de forage sont demeurées faibles, diminuant en juin pour le septième mois consécutif à 11 millions de barils par jour, les stocks de pétrole et de produits pétroliers demeurant près des niveaux records.

«Bien que nous ne soyons pas encore sortis du bois, nous semblons aller dans la bonne direction», a déclaré Dean Foreman, économiste en chef du groupe industriel.

Les sociétés charbonnières devraient avoir plus de difficultés que les producteurs de pétrole à se remettre de la pandémie, qui a frappé alors que le secteur du charbon est resté dans une spirale descendante assez régulière depuis 2007, malgré les tentatives du président Donald Trump de le soutenir.

La consommation de charbon a chuté de 27% en avril par rapport à la même période en 2019, à 27 millions de tonnes. La plupart du charbon produit aux États-Unis est utilisé pour produire de l’électricité, mais de nombreux services publics sont passés au gaz naturel moins cher et à des sources renouvelables comme l’énergie éolienne et solaire.

L’administration de l’énergie prévoit que la consommation globale augmentera pour le reste de 2020 mais restera en dessous des niveaux de 2019.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Les États-Unis retirent 12000 soldats d’Allemagne

Le représentant du Texas Louie Gohmert, qui a refusé de porter un masque, est testé positif au COVID-19