in

Un chien de garde australien accuse Google de violations de la vie privée

L’organisme australien de surveillance des consommateurs a intenté une action en justice contre Google, alléguant que le géant de la technologie a induit en erreur les titulaires de compte au sujet de l’utilisation de leurs données personnelles

Par

Presse associée ROD McGUIRK

27 juillet 2020 à 09h38

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

CANBERRA, Australie –
Le chien de garde australien des consommateurs a intenté lundi une action en justice contre Google, alléguant que le géant de la technologie avait induit en erreur les titulaires de comptes sur l’utilisation de leurs données personnelles.

L’action de la Commission australienne de la concurrence et de la consommation devant la Cour fédérale est le dernier litige auquel Google a été confronté dans le monde entier au sujet d’allégations de violation de la vie privée.

La commission allègue que la société basée en Californie a induit en erreur des millions d’Australiens pour obtenir leur consentement et élargir la portée des informations personnelles que Google collecte sur l’activité Internet des utilisateurs pour cibler la publicité.

Les allégations découlent de la décision de Google en 2016 de commencer à combiner les informations personnelles des utilisateurs dans leurs comptes Google avec des informations provenant de l’activité des mêmes utilisateurs sur des sites autres que Google qui utilisaient la technologie Google, anciennement la technologie DoubleClick, pour afficher des annonces.

« Nous affirmons que Google n’a pas obtenu le consentement explicite des clients pour franchir cette étape », a déclaré le président de la commission, Rod Sims, dans un communiqué.

« L’ACCC considère que les consommateurs paient effectivement pour les services de Google avec leurs données, donc ce changement introduit par Google a augmenté le » prix « des services de Google, à l’insu des consommateurs », a ajouté Sims.

Google a déclaré qu’il avait coopéré avec le chien de garde dans le cadre de son enquête et que ses titulaires de compte avaient été invités à «consentir via des notifications visibles et faciles à comprendre».

« Nous sommes totalement en désaccord avec leurs allégations et avons l’intention de défendre notre position », a déclaré un communiqué de Google.

Google a également été étroitement associé au chien de garde ces derniers mois sur le plan du gouvernement australien visant à faire en sorte que les plateformes numériques mondiales, y compris Facebook, paient pour le contenu siphonné des médias d’information.

La commission publiera cette semaine un projet de règles permettant aux plates-formes de payer une compensation équitable pour le contenu journalistique après que la pandémie de coronavirus ait réduit les revenus publicitaires des médias traditionnels.

Les régulateurs britanniques veulent de nouvelles règles pour favoriser la concurrence sur les marchés de la publicité numérique et maîtriser les acteurs dominants du secteur, Google et Facebook.

L’Autorité de la concurrence et des marchés s’est attaquée aux géants américains de la technologie dans un rapport recommandant au gouvernement britannique d’adopter une nouvelle approche réglementaire pour régir les grandes plates-formes numériques qui gagnent de l’argent grâce aux publicités en ligne.

Google a annoncé le mois dernier qu’il peaufinait ses paramètres de confidentialité pour conserver moins de données sur les nouveaux utilisateurs par défaut, en supprimant automatiquement et continuellement l’activité sur le Web et les applications ainsi que l’historique de localisation après 18 mois.

Le mois dernier, la plus haute juridiction administrative de France a confirmé une amende de 50 millions d’euros (56 millions de dollars). Google a été condamné à payer pour ne pas être «suffisamment clair et transparent» avec les utilisateurs d’Android sur leurs options de protection des données.

Au Canada, Google a abandonné son développement de ville intelligente à Toronto après plus de deux ans de controverse sur les problèmes de confidentialité et dans l’incertitude économique causée par la pandémie.

Aux États-Unis, le procureur général du Nouveau-Mexique a intenté une action en justice devant le tribunal de district pour des allégations selon lesquelles Google aurait collecté illégalement des données personnelles générées par des enfants en violation des lois fédérales et étatiques.

En Australie, on ne sait pas quelle sanction Google pourrait encourir si le procès du chien de garde aboutissait. La commission a formulé de multiples allégations de violations du droit de la consommation, chacune passible d’une amende maximale potentielle de 1,1 million de dollars australiens (780 millions de dollars).

L’Australie a considérablement renforcé les sanctions pour ces infractions en 2018, mais Google sera jugé par les règles qui s’appliquaient en 2016.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Une nouvelle menace tropicale dans l’Atlantique alors que Douglas s’approche d’Hawaï

Le conseiller à la sécurité nationale de Trump, Robert O’Brien, est testé positif au COVID-19, confirme la Maison Blanche