in

Les femmes enceintes à risque de mort dans le couvre-feu COVID-19 au Kenya

NAIROBI, Kenya –
Veronica Atieno se souvient s’être frayé un chemin à travers les ruelles sombres entre les cabanes qui composent les bidonvilles de Nairobi, se frayant un chemin à travers les eaux usées brutes et les toitures métalliques rouillées et acérées comme des rasoirs avec inquiétude.

Ses douleurs de travail s’étaient intensifiées pendant le couvre-feu du crépuscule à l’aube du coronavirus au Kenya, et il n’y avait aucun moyen de transport public ou privé vers l’hôpital où elle avait prévu d’accoucher. Les craintes d’une application stricte du couvre-feu par la police ont éloigné d’éventuels secours.

Avec le temps comptant, sa seule option était de rejoindre le domicile d’une accoucheuse traditionnelle à proximité, a déclaré Atieno. Mais elle avait peur.

«J’avais de nombreuses inquiétudes quant à la santé du bébé si elle était livrée par le soignant traditionnel. Dans quelle mesure sa place est-elle hygiénique? A-t-elle un équipement de protection personnelle pour empêcher la propagation du COVID-19? Et si j’ai besoin d’une intervention chirurgicale? » elle s’inquiétait alors que ses spasmes s’intensifiaient.

Son sort a joué tous les soirs pour les femmes enceintes à travers le Kenya, mettant certaines en danger mortel. Cela a inspiré un médecin local à créer un service d’urgence, Wheels for Life.

Le Kenya avait déjà l’un des pires taux de mortalité maternelle au monde, et bien que les données ne soient pas encore disponibles sur les effets du nouveau couvre-feu, les experts estiment que le nombre de femmes et de bébés qui meurent en couches a considérablement augmenté depuis qu’il a été imposé à mi-chemin. Mars.

Ces inquiétudes ont poussé l’obstétricien et gynécologue Jemimah Kariuki de l’hôpital national Kenyatta géré par le gouvernement à tenter une solution.

«Lorsque le couvre-feu a commencé, nous avions des hôpitaux ouverts mais pas de femmes, et nous entendions des rapports de femmes accouchant à la maison avec des conséquences très graves: les femmes venaient le matin avec des bébés qui passaient la nuit ou ils avaient rompu l’utérus ou des larmes », dit-elle.

Lorsqu’une mère était décédée pendant l’accouchement, Kariuki a senti qu’elle devait faire quelque chose.

Elle a partagé son numéro de téléphone sur Twitter, demandant aux femmes qui avaient besoin de consulter au sujet de leur grossesse de le contacter. Le tweet est rapidement devenu viral.

«La réponse a été accablante, je recevais 30 à 40 appels de femmes me disant: ‘J’étais anxieuse, je ne savais pas quoi faire.’ En une semaine, cinq mères m’ont appelé comme: ‘Je suis en travail et je je ne sais pas quoi faire », dit-elle.

Kariuki a commencé à traquer des véhicules pour assurer le transport vers les établissements de santé, mais peu d’entre eux étaient sur la route en raison de multiples rapports faisant état de brutalités policières lors de l’application du couvre-feu. Des groupes de défense des droits de l’homme ont signalé qu’au moins 23 contrevenants au couvre-feu auraient été tués par la police, et des vidéos ont circulé montrant des agents armés de matraques fouettant des gens.

Kariuki a contacté des entreprises et des organisations d’État pour les aider à fournir des services gratuits tels que le transport et le personnel médical. La réponse a été écrasante, conduisant à la formation de Wheels for Life.

Le ministère de la Santé, l’Université de Nairobi, le service de taxi Bolt et d’autres se sont mobilisés pour fournir les services gratuits.

«C’est vraiment incroyable de voir que les gens sont prêts à aller au-delà du gain économique pour pouvoir aider les moins privilégiés de la société, en particulier à une époque de COVID où tout le monde pense à réduire les coûts», a déclaré Kariuki.

Wheels for Life a un numéro sans frais que les femmes enceintes appellent pour être triées et connectées à un médecin. Si une mère a besoin de soins médicaux mais qu’il ne s’agit pas d’une urgence, un taxi est dépêché pour l’emmener à l’hôpital. En cas d’urgence, une ambulance est envoyée.

Selon le Groupe interinstitutions d’estimation de la mortalité maternelle des Nations Unies, le nombre de décès maternels au Kenya est passé de 9 100 par an en 2000 à 5 000 en 2017. Cela se traduit par 13 décès maternels enregistrés chaque jour, contre 24.

Pourtant, le pays d’Afrique de l’Est reste parmi les 21 premiers au monde pour les décès maternels.

Louisa Muteti, présidente de l’Association des sages-femmes du Kenya, craint que les décès de mères et d’enfants lors de l’accouchement n’augmentent sous le couvre-feu.

Muteti a déclaré que 68% des mères qui accouchent au Kenya ont accès à du personnel qualifié. D’autres accouchent à domicile en utilisant des accoucheuses traditionnelles ou par eux-mêmes, et lorsque des décès surviennent, ils ne sont pas officiellement enregistrés.

Le transport et la sécurité sont les plus grands défis du couvre-feu, a déclaré Muteti, en particulier dans les quartiers informels faiblement éclairés.

«C’est pourquoi certaines mères peuvent mourir à la maison ou se débattre et se rendre à l’hôpital le matin pour mourir», a-t-elle déclaré.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, les femmes meurent à la suite de complications principalement traitables pendant la grossesse et après l’accouchement telles que des saignements graves, des infections et une pression artérielle élevée.

L’OMS souligne l’importance d’une assistance qualifiée pendant l’accouchement, affirmant que «une prise en charge et un traitement en temps opportun peuvent faire la différence entre la vie et la mort pour la mère comme pour le bébé».

Kariuki a déclaré que Wheels for Life a traité 10950 appels au cours des 100 derniers jours, tandis que 890 femmes ont été emmenées à l’hôpital pour divers problèmes liés à leur grossesse.

Elle envisage que le service se poursuive au-delà du couvre-feu, ciblant les résidents à faible revenu et se déplaçant au-delà du comté de Nairobi. La plupart des utilisateurs viennent de quartiers informels ou de zones à faible revenu, a-t-elle déclaré.

«Cela me donne juste une perspective sur le nombre de femmes qui sont dans le besoin même sans le couvre-feu», a-t-elle dit. «Parce que si une femme vous dit qu’elle a 5 $, couvre-feu ou non, elle n’allait pas se rendre à l’hôpital. . »

Atieno, 23 ans, sait à quel point elle a de la chance d’avoir survécu à la naissance de son deuxième enfant sans avoir atteint l’hôpital comme prévu. Après huit heures de travail, elle a donné naissance à un beau bébé en bonne santé nommé Shaniz Joy Juma aux mains de l’assistante traditionnelle non qualifiée.

Elle a continué à saigner après la naissance mais a réussi à se rendre à l’hôpital à temps pour le traiter.

«Certaines choses sont simplement la volonté de Dieu. J’aurais pu mourir », dit-elle.

———

Suivez la couverture de la pandémie AP sur http://apnews.com/VirusOutbreak et https://apnews.com/UnderstandingtheOutbreak

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

La Corée du Sud signale un pic de cas; Les États américains resserrent les contrôles

Le gouverneur du Dakota du Nord, Doug Burgum, s’oppose au GOP et condamne la résolution anti-LGBTQ