in

«  Ils vont tomber d’une falaise  »: août devrait apporter une nouvelle angoisse financière alors que les lignes de vie de l’aide aux coronavirus expirent

Pour les millions d’Américains mis au chômage par la crise du COVID-19, l’assurance-chômage remaniée a été une bouée de sauvetage – aidant à fournir la nourriture et les nécessités pendant que leurs lieux d’affaires restent fermés ou réduits.

Les chèques – 600 dollars par semaine en plus de tous les autres avantages – étaient dans de nombreux cas considérables par rapport à ce qu’ils recevraient normalement de leurs bureaux de chômage de l’État.

Et bien que le processus ait été lourd, de nombreuses personnes qui n’auraient pas été admissibles aux avantages, y compris les entrepreneurs indépendants et les propriétaires de petites entreprises, ont pu obtenir l’aide nécessaire au milieu des fermetures obligatoires pour endiguer la vague du virus.

Les entreprises ont reçu des subventions et des prêts du gouvernement fédéral pour faire flotter la masse salariale et payer les factures, garder les travailleurs sur les listes et permettre à certaines entreprises de réembaucher ceux qui ont été mis à pied ou en congé.

Et une série de moratoires sur les expulsions et les saisies dispersées dans tout le pays ont également empêché de nombreuses personnes d’être sans abri alors que la pandémie et la calamité économique qui s’ensuivit font rage.

Cependant, à la fin du mois, nombre de ces programmes d’aide en cas de pandémie s’épuiseront d’un seul coup.

Ainsi, lorsque le mois d’août arrive, certains économistes prédisent une nouvelle angoisse financière et un raz-de-marée d’expulsions.

Une grille métallique couvre l’entrée d’une entreprise fermée dans l’arrondissement de Brooklyn à New York, le 21 juillet 2020.

Une grille métallique couvre l’entrée d’une entreprise fermée dans l’arrondissement de Brooklyn à New York, le 21 juillet 2020. Spencer Platt / .

«  Ils vont tomber d’une falaise  »: une bouée de sauvetage supplémentaire de 600 $ par semaine coupée à la fin du mois de juillet

À la fin du mois, les 600 $ supplémentaires par semaine d’assurance-chômage institués par la loi CARES expireront – et pour le moment, il semble peu probable que le Congrès adopte une prolongation avant cette date.

« Les gens qui sont au chômage et qui touchent 600 dollars, ils vont tomber d’une falaise », a déclaré Michele Evermore, analyste politique principal au National Employment Law Project, à ABC News. « La prestation médiane dans un état comme le Mississippi est d’environ 212 $ par semaine. En Arizona, la prestation maximale est de 240 $ par semaine. Donc, les gens vont passer de 840 $ à 240 $ du jour au lendemain. »

Des millions se préparent à la crise financière d’août

Des millions de personnes se préparent à la crise financière du mois d’août ABC News, BLS, ASPEN INSTITUTE PROJECT, FEEDING AMERICA

Environ 50 millions de travailleurs ont déposé une demande d’assurance-chômage depuis mars, et plus de 16 millions reçoivent toujours des allocations de chômage la semaine dernière.

« De toute évidence, nous restons très au cœur de ce ralentissement économique et dans la mesure où nous avons obtenu très peu d’amélioration des nouvelles demandes de prestations de chômage », a déclaré à ABC News Mark Hamrick, analyste économique principal de Bankrate.

Une entreprise annonce ses services le 21 juillet 2020 dans le quartier de Brooklyn à New York.

Une entreprise annonce ses services le 21 juillet 2020 dans le quartier de Brooklyn à New York. Spencer Platt / .

Les 600 $ supplémentaires par semaine sont « d’une importance cruciale », a ajouté Hamrick, car « de nombreux Américains s’accrochaient à un fil entrant dans cette crise dans la mesure où ils vivaient chèque de paie pour chèque de paie ».

La fin de cette aide « provoque évidemment un réel stress, et cela se traduit par le risque que les gens ne soient même pas capables de mettre de la nourriture sur la table », a-t-il ajouté.

« En fin de compte, c’est une crise humanitaire », a-t-il déclaré. « Quand vous voyez des lignes obstruer les autoroutes de personnes qui ont manifestement besoin d’un accès à la nourriture. »

En raison de la pandémie, le réseau de banques alimentaires à but non lucratif Feeding America estime qu’un Américain sur six «pourrait faire face à la faim».

Au niveau macroéconomique, les 600 $ supplémentaires par semaine ont également stimulé l’économie, injectant des milliards de dollars de dépenses qui, autrement, ne seraient pas là. Arracher cela pourrait avoir un impact dévastateur sur les dépenses de consommation et la demande, ce qui nuirait à l’économie dans son ensemble, soutient Hamrick.

« La mesure dans laquelle ces 600 dollars supplémentaires ont aidé à dépenser aux niveaux de revenu les plus bas, cela a été bien documenté. Cela a évidemment été bénéfique pour toutes les entreprises qui ont autrement été gravement blessées », a déclaré Hamrick.

Evermore a ajouté que la «vraie douleur» ressentie par ces personnes qui perdent les 600 $ par semaine se répandra dans le reste de l’économie.

« Ces gens ne pourront plus payer leur loyer. Leurs propriétaires ne pourront plus avoir d’argent », a-t-il dit. « Ils vont dépenser moins d’argent en épicerie. L’épicerie va faire mal. »

« Tous ceux qui ne bénéficient pas de l’assurance-chômage devraient être aussi inquiets que ceux qui reçoivent un chèque, car si vous ne pensez pas que les 600 $ vous aident, vous vous trompez », a déclaré Evermore.

Les locataires de la région de Los Angeles manifestent devant le domicile du chef de la majorité au Sénat de Californie, Bob Hertzberg, pour exhorter les législateurs à soutenir et à adopter une loi qui interdirait aux propriétaires d’expulser des locataires en raison d’un loyer impayé en raison de la pandémie de coronavirus, à Los Angeles, le 17 juillet 2020.

Les locataires de la région de Los Angeles manifestent devant le domicile du chef de la majorité au Sénat de Californie, Bob Hertzberg, pour exhorter les législateurs à soutenir et à adopter une législation qui interdirait aux propriétaires d’expulser des locataires en raison d’un loyer impayé en raison de la pandémie de coronavirus, à Los Angeles, le 17 juillet 2020. Lucy Nicholson / .

Certains emplois ne reviendront peut-être pas de sitôt … voire pas du tout

Hamrick a également suggéré que bon nombre des emplois perdus dans la pandémie ne reviendront pas bientôt, une autre raison pour laquelle les appels à une assurance-chômage prolongée se multiplient.

«Nous savons que dans l’ensemble, nous n’avons récupéré qu’environ un tiers des emplois qui ont été perdus dans l’ensemble, et la réalité est que plus cela persiste et que cela persistera sans aucun doute pendant un certain temps, il est fort probable que plus et davantage de ces personnes seront au chômage à plus long terme », a-t-il déclaré.

Une analyse FiveThirtyEight des données du Bureau of Labor and Statistics a révélé que les mises à pied permanentes comprenaient une proportion croissante de travailleurs perdant leur emploi depuis mars.
andrew Stettner, membre senior de la Century Foundation, un groupe de réflexion progressiste, a déclaré à ABC News que retirer les 600 $ supplémentaires par semaine de ceux qui ont été mis au chômage par la pandémie «change fondamentalement ce qui se passerait».

« Quelque chose de cataclysmique s’est produit, mais nous ne voulons pas que le virus détruit les familles et détruit l’économie », a-t-il déclaré. « Nous avons donc en quelque sorte évité cela avec ces 600 $, mais maintenant nous supprimons cette prévention. »

« Nous mettons les gens dans la ligne des vrais dangers du chômage », a-t-il déclaré. Cela se traduit par des gens qui n’ont pas assez à manger, renoncent aux frais médicaux et à des réalités plus désastreuses, selon Stettner.

« La stratégie de sortie du chômage est un travail », a déclaré Stettner. « Mais il n’y a tout simplement pas beaucoup d’emplois là-bas en ce moment. »

Expulsion ‘tsunami’

La loi CARES prévoyait un moratoire de 120 jours sur l’expulsion des locataires pour non-paiement du loyer d’appartements financés par le gouvernement fédéral – ce qui comprend les logements multifamiliaux avec hypothèques détenues par Freddie Mac et Fannie Mae, le logement public et d’autres catégories comprenant environ 25 % des logements locatifs à travers le pays, selon l’Institut Urbain.

Le moratoire expirera le 24 juillet, ce qui signifie que les propriétaires peuvent alors déposer de nouvelles expulsions.

En plus du moratoire fédéral sur les expulsions, de nombreux gouvernements étatiques et locaux ont institué leurs propres interdictions, même si une poignée d’entre elles ont expiré ou sont sur le point d’expirer dans quelques semaines. De plus, plus tard cet été, le moratoire de forclusion de la Federal Housing Finance Authority pour les maisons et les propriétés bénéficiant du soutien du gouvernement fédéral expirera le 31 août.

Quelque 11 millions de ménages locataires pourraient recevoir des papiers d’expulsion au cours des quatre prochains mois, selon une nouvelle analyse de la Coalition nationale pour un droit civil à l’assistance d’un avocat et du cabinet de conseil Stout Risius Ross.

Certaines estimations placent le chiffre encore plus haut. Les chercheurs du groupe de réflexion à but non lucratif Aspen Institute prévoient qu’entre 19 millions et 23 millions de locataires américains risquent d’être expulsés d’ici la fin du mois de septembre. C’est environ un sur cinq des 110 millions d’Américains qui vivent dans des ménages locataires.

«Ces données nous montrent que tous les termes que les gens utilisent pour décrire ce qui s’en vient -« falaise »,« tsunami »,« avalanche », etc. – pourraient en fait être un euphémisme,» John Pollock, le coordinateur du groupe de défense la Coalition nationale pour un droit civil à l’assistance d’un avocat, a déclaré dans un communiqué annonçant ses conclusions.

« La seule raison pour laquelle nous n’avons pas déjà vu deux millions de demandes d’expulsion est à cause de tous les allégements de la loi CARES qui, à ce stade, sont en cours ou ont disparu », a-t-il ajouté.

Les demandeurs d’emploi font preuve de distanciation sociale en attendant d’être appelés au bureau de Heartland Workforce Solutions à Omaha, au Nouveau-Brunswick, le 15 juillet 2020.

Les demandeurs d’emploi font preuve de distanciation sociale en attendant d’être appelés au bureau de Heartland Workforce Solutions à Omaha, au Nouveau-Brunswick, le 15 juillet 2020. Nati Harnik / AP

Anne Kat Alexander, responsable du projet du tableau de bord de la politique de logement COVID-19 au Princeton’s Eviction Lab, la plus grande base de données sur les expulsions, a déclaré à ABC News qu’ils s’attendaient à ce que « des millions de familles soient expulsées et sans-abri au cours des prochains mois ».

Leurs recherches montrent également que les expulsions frappent de manière disproportionnée les communautés de couleur, affirmant que « sans surprise étant donné l’histoire du racisme dans ce pays et de l’oppression systématique, les locataires noirs sont beaucoup plus susceptibles d’être dénoncés que les locataires blancs ».

Le laboratoire d’expulsion a mis en place un tableau de bord de la politique de logement COVID-19 pour aider les locataires de tout le pays à savoir quelles protections sont en place dans ces zones.

« Pour les cartes de score, nous avons analysé des milliers d’ordonnances exécutives d’urgence, d’ordonnances judiciaires, de lois d’urgence, afin de distiller exactement ce que ces ordonnances signifient pour les locataires », a déclaré Alexander. «Nous identifions pour chaque État quelles mesures sont actuellement en place, donc si un locataire regarde cela, il est en mesure de déterminer les protections disponibles.»

Selon leur méthodologie, le Connecticut a actuellement le score le plus élevé avec des mesures en place jusqu’au 22 août. En dernier lieu se trouve le Texas – où de nombreuses protections ont déjà expiré.

«La plupart des protections qui sont encore en place au niveau de l’État expireront d’ici l’automne, il est encore temps pour certaines d’entre elles d’être renouvelées, il y a aussi de la place pour une législation d’urgence à adopter maintenant qu’il est évident que cette crise n’est pas fini », a déclaré Alexander. « Nous allons garder le tableau de bord opérationnel jusqu’à ce qu’il soit vraiment terminé. »

Alexander a noté qu’ils ne préconisent pas de politiques en raison de leur statut d’organisme à but non lucratif, mais a déclaré: « Il est certainement clair d’après ce que nous voyons maintenant qu’un manque de protection pour les locataires est corrélé à davantage de demandes d’expulsion. »

« Si davantage de familles sont déplacées, cela aura d’énormes conséquences pour la famille. Les déclarations d’expulsion peuvent vous suivre et vous empêcher de trouver un logement décent et sûr au fil du temps », a-t-elle ajouté. « Cela aura également d’énormes implications sur la santé publique. Les familles sans domicile ne peuvent pas rester chez elles et ne peuvent pas s’abriter. »

Hamrick a également noté que les moratoires sur les expulsions ont des conséquences financières et que si de nombreuses personnes « ont tendance à penser que les propriétaires sont peut-être de grandes entités commerciales », il existe « également de nombreux propriétaires qui peuvent être considérés comme des opérations Mom and Pop, mais ils sont il n’y a pas de meilleure organisation pour faire face au manque de paiement et de loyer que les locataires sont mis en place pour faire face à la fin de leurs revenus.  »

« Il faut réfléchir à des solutions plus larges », a-t-il ajouté. « En fin de compte, ce dont nous avons besoin, c’est d’un pont jusqu’au moment où des vaccins sûrs et efficaces seront facilement disponibles. »

« Cela ne devrait pas durer plus d’un an, nous parlons donc vraiment de construire un pont vers le moment où non seulement nous pouvons guérir du virus, mais où l’économie peut vraiment être sur la voie de la guérison par elle-même », Hamrick m’a dit.

Quelle aide est disponible?

De nombreux économistes ont plaidé pour des allocations de chômage prolongées et réorganisées, sous une forme ou sous une autre, car le taux de chômage reste élevé. Actuellement, il semble peu probable que le Congrès adopte une prolongation avant cette date. Les républicains se sont opposés à cet avantage, affirmant que cela décourageait les gens de retourner au travail.

Certaines propositions lancées incluent la réduction des 600 dollars supplémentaires par semaine à 200 ou 400 dollars en plus de l’assurance-chômage normale des États, la liaison des montants des prestations au salaire des travailleurs avant de devenir au chômage ou la structuration des prestations pour diminuer automatiquement lorsque certains jalons de la reprise économique sont atteints. .

Même si le Congrès devait adopter imminemment quelque chose pour étendre les allocations de chômage, les gens ne verront probablement pas cet argent supplémentaire pendant un certain temps, a averti Stettner.

S’il est prolongé, « j’ai dit aux travailleurs le meilleur scénario, ils pourraient recommencer à recevoir les 600 $ d’ici la fin du mois d’août », a-t-il ajouté.

Les travailleurs d’événements spéciaux qui ont été forcés de travailler en raison de la pandémie de COVID-19 ont défilé le mardi 21 juillet 2020 à Salt Lake City.

Les travailleurs d’événements spéciaux qui ont été forcés de travailler en raison de la pandémie de COVID-19 ont défilé le mardi 21 juillet 2020 à Salt Lake City. Rick Bowmer / AP

Les législateurs doivent adopter des projets de loi de secours qui incluent « des choses comme une assurance-chômage prolongée, des bons alimentaires, des choses qui maintiennent les individus solvables et empêchent les individus d’avoir une crise économique dégénérant en crise de santé », a déclaré Hamrick, ajoutant que l’aspect chômage est « d’une importance critique .  »

« Ce sentiment d’urgence a apparemment été absent ici plus récemment », a-t-il ajouté. « Certes, les membres du Congrès sont habitués à permettre des manquements à la législation qu’ils doivent adopter, et nous l’avons vu dans le passé lorsque nous avons eu des fermetures de gouvernement, mais ce problème doit être résolu. »

Hamrick a également déclaré qu’il n’est jamais trop tard pour prendre le contrôle de vos objectifs financiers, en disant: « Le malheur est que pendant cette période remarquable et sans précédent, cela met vraiment en lumière le fait que de nombreux Américains n’avaient pas d’épargne d’urgence. »

Alexander, du laboratoire d’expulsion, a ajouté que de nombreux États et gouvernements locaux ont institué de nouveaux programmes d’aide d’urgence au loyer.

« Je conseillerais [renters] pour vérifier si une aide au loyer d’urgence est disponible parce que de nombreux endroits ont des programmes qui ne l’étaient pas auparavant et beaucoup d’entre eux sont financés à des niveaux que nous n’avons pas vus », a-t-elle déclaré.

Des bénévoles distribuent de la nourriture aux bénéficiaires au Giving Hope Food Pantry lors d’un cadeau alimentaire à la Nouvelle-Orléans, le 21 juillet 2020, pour aider les personnes qui ont perdu des revenus pendant la pandémie COVID-19.

Des bénévoles distribuent de la nourriture aux bénéficiaires au Giving Hope Food Pantry lors d’un cadeau alimentaire à la Nouvelle-Orléans, le 21 juillet 2020, pour aider les personnes qui ont perdu des revenus pendant la pandémie COVID-19. Gérald Herbert / AP

«J’encouragerais également les locataires à contacter les organisations d’aide juridique de leurs communautés pour obtenir des conseils et des explications supplémentaires sur leurs droits pendant cette crise», a-t-elle déclaré.

«Nous avons vu des rapports selon lesquels les propriétaires affichent toujours des avis même s’ils ne peuvent pas expulser les locataires», a-t-elle déclaré. « Il est bon de se rappeler que si vous êtes dans un endroit où il n’y a pas d’ordonnance d’exécution, où il y a un moratoire sur l’expulsion, votre propriétaire ne peut pas changer vos serrures, votre propriétaire ne peut pas couper votre courant, ces actions sont illégales .  »

«Il existe de nombreuses ressources d’auto-assistance disponibles en ligne pour expliquer les droits», a-t-elle ajouté, tout en le recommandant, «il est préférable d’aller vraiment consulter un avocat de l’aide juridique pour vraiment s’assurer que vous connaissez tous vos droits.  »

Enfin, Stettner a déclaré que même de nombreux critiques qui soutenaient que le chômage renforcé dissuadait les gens de trouver un emploi, « ont abandonné cette idée, en raison de la difficulté à trouver un emploi ».

« Je pense que les gens qui retournent travailler ou travailler, point final, devraient recevoir de l’argent supplémentaire dès maintenant parce que beaucoup d’entre eux courent des risques », a-t-il déclaré. « Mais je ne pense pas que ce soit un remplacement pour les allocations de chômage, c’est quelque chose que vous devriez ajouter. »

Sarah Kolinovsky, Victor Ordonez et Layne Winn d’ABC News ont contribué à ce rapport.

Ce rapport a été présenté dans l’épisode du vendredi 24 juillet 2020 de «Start Here», le podcast d’actualités quotidien d’ABC News.

« Commencez ici » offre un aperçu direct des principales histoires de la journée en 20 minutes. Écoutez gratuitement tous les jours de la semaine sur Apple Podcasts, Google Podcasts, Spotify, l’application ABC News ou partout où vous . vos podcasts.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Des passagers se battent à l’aéroport de San Juan après avoir été forcés de retourner à la porte

Mexique: un homme né en France meurt pour sauver la vie de son chien