in

Les masques obligatoires deviennent la règle au milieu de la hausse du virus en Europe

Les nouvelles règles anglaises sur le port de masques sont entrées en vigueur vendredi, avec des masques faciaux nécessaires pour entrer dans les banques, les magasins et les magasins d’alimentation

Par

FRANCES D’EMILIO Associated Press

24 juillet 2020 à 12:42

4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

ROME —
De nouvelles règles sur le port de masques en Angleterre sont entrées en vigueur vendredi, les gens se rendant dans les magasins, les banques et les supermarchés étant désormais tenus de porter des masques. Cette décision est intervenue un jour après que la Belgique a imposé sa propre exigence de masque pour ralentir l’augmentation des infections à coronavirus.

Ceux en Angleterre peuvent être condamnés à une amende allant jusqu’à 100 livres (127 $) par la police s’ils refusent. Le gouvernement britannique avait donné des signaux mitigés pendant des semaines avant de se prononcer sur la politique. Les lieux comme les restaurants, les pubs, les gymnases et les coiffeurs sont exemptés.

John Apter, le président national de la Fédération de police d’Angleterre et du Pays de Galles, affirme que les agents seront disponibles en dernier recours, mais qu’il espère que le public «continuera à faire ce qu’il faut» pour protéger les autres citoyens.

En Belgique, les autorités sanitaires ont déclaré qu’une fillette de trois ans était décédée après avoir été testée positive au COVID-19, les nouvelles infections ayant augmenté de 89% par rapport à la semaine précédente.

Jeudi, les autorités belges ont renforcé les restrictions pour ralentir la propagation du coronavirus, notamment en rendant les masques obligatoires dans les espaces publics extérieurs bondés. Pays de 11,5 millions d’habitants, la Belgique a été durement touchée par la pandémie avec 64 847 cas et 9 812 décès enregistrés à ce jour.

En Italie, le nombre de nouvelles infections quotidiennes signalées jeudi est passé à plus de 300, la première fois qu’elles dépassaient plus de 300 depuis la mi-juin. La plupart des nouveaux cas sont survenus dans le nord de l’Italie, où l’épidémie en Europe a débuté en février. Mais les régions du sud, relativement épargnées par le pire de la pandémie, ont récemment connu des grappes d’infections.

De nombreux cas récents ont été attribués à des personnes revenant de l’étranger, la plupart étant des travailleurs étrangers d’Asie, d’Europe de l’Est ou des Balkans. D’autres grappes figuraient parmi les migrants secourus en mer et dans le sud de l’Italie.

Mais il y a aussi eu des grappes suscitées parmi les vacanciers, y compris à Riccione, une station balnéaire sur la mer Adriatique, liée aux contacts d’une jeune femme dans une discothèque.

La semaine dernière, le maire de Capri, l’une des deux principales villes de l’île touristique de la Mecque en Méditerranée au large de Naples, a ordonné aux gens de porter des masques en marchant dans les rues. La place principale de Capri, avec ses cafés branchés et ses rues étroites bordées de boutiques de mode de luxe, était bondée de vacanciers, dont beaucoup ne portaient pas de masques.

Trois jeunes Romains qui sont rentrés chez eux cette semaine après des vacances étaient positifs pour le COVID-19, ont déclaré vendredi les médias italiens.

En Italie, les masques doivent être portés dans les magasins, les banques, les églises, dans les transports en commun et dans tous les endroits où il est impossible de garder une distance de sécurité, y compris à l’extérieur.

Au milieu des craintes en Espagne que les mauvaises conditions de vie des travailleurs agricoles saisonniers créent des points chauds pour les coronavirus, le ministre de l’Agriculture de ce pays a déclaré vendredi que les autorités pressaient les employeurs de fournir des logements et des transports décents. Le ministère espagnol de la Santé a signalé 971 nouvelles infections jeudi au cours des dernières 24 heures, la plus forte augmentation quotidienne du pays depuis la fin du verrouillage.

Certains clusters en Europe ont été liés à des lieux de travail, notamment dans un abattoir en Allemagne. La société qui gère l’abattoir qui était au centre d’une épidémie majeure le mois dernier a déclaré que 30 employés supplémentaires avaient été testés positifs pour le coronavirus – mais la plupart d’entre eux étaient des cas anciens.

Les autorités ont lié plus de 2000 cas à l’épidémie à l’abattoir des Toennies dans la ville de Rheda-Wiedenbrueck, dans l’ouest de l’Allemagne, qui a conduit le mois dernier à un verrouillage partiel de la zone environnante. Ces restrictions ont depuis été levées et l’établissement a rouvert après une fermeture de quatre semaines.

Et alors que les scientifiques du monde entier recherchent un vaccin pour mettre fin à la pandémie, le Premier ministre britannique Boris Johnson a rejeté les militants cherchant à s’opposer aux vaccinations comme des «fous».

Johnson faisait la promotion d’une campagne de vaccination contre la grippe avant l’hiver. La Grande-Bretagne a le pire bilan de pandémie enregistré en Europe avec plus de 45 600 décès.

Dans l’ensemble, l’Europe a connu plus de 201 000 décès dans la pandémie, selon un décompte de l’Université Johns Hopkins. Les experts disent que le véritable bilan de la pandémie dans le monde est beaucoup plus élevé que tous les chiffres rapportés, en raison de tests limités et d’autres problèmes.

———

Des rédacteurs d’Associated Press à travers l’Europe ont contribué à ce rapport.

———

Suivez la couverture de la pandémie d’AP à http://apnews.com/VirusOutbreak et https://apnews.com/UnderstandingtheOutbreak

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Les critiques chrétiens de l’avortement exhortent Dems à changer de plateforme

La montée des cas de virus suscite des inquiétudes dans les maisons de retraite en Floride