in

Le paquet Stimulus innove dans l’unité européenne

L’Union européenne a fait un grand pas vers une coopération économique plus approfondie alors qu’elle tente de sauver l’économie du coronavirus

Par

DAVID McHUGH AP Business Writer

21 juillet 2020 à 12:31

4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

FRANCFORT, Allemagne –
Les dirigeants européens ont franchi une étape historique vers le partage des charges financières entre les 27 pays de l’UE en acceptant d’emprunter et de dépenser ensemble pour sortir l’économie de la profonde récession provoquée par l’épidémie de virus.

Poussés par l’Allemande Angela Merkel et le Français Emmanuel Macron, les dirigeants ont accepté d’emprunter ensemble en vendant des obligations, en utilisant la forte cote de crédit collective de l’Union européenne pour emprunter à de faibles coûts d’intérêt. L’argent servira à alimenter un fonds de relance de 750 milliards d’euros (855 milliards de dollars) qui stimulera le rebond économique espéré l’année prochaine et restaurera la croissance et les emplois perdus lors de la chute de cette année.

Deux décisions – emprunter partagé et simplement distribuer une grande partie de l’argent sous forme de subventions – ont brisé la résistance de longue date de certains des pays financièrement plus forts à exposer leurs finances et leurs contribuables aux problèmes du sud de l’Europe, où la bureaucratie et les formalités administratives continuent de ralentir la croissance. L’Allemagne, qui avait longtemps résisté à l’emprunt partagé, a joué un rôle décisif en changeant son approche face à la crise alors que Merkel faisait pression pour un accord.

«Avec le plus grand effort jamais réalisé de solidarité transfrontalière, l’UE envoie un signal fort de cohésion interne», a déclaré Holger Schmieding, économiste en chef à la banque Berenberg. «À court terme, l’effet de confiance peut avoir encore plus d’importance que l’argent lui-même.»

La commission exécutive de l’UE prévoit que l’économie du bloc se contractera de 8,7% cette année et rebondira de 6,1% l’année prochaine. Le but des dépenses est de soutenir cette reprise.

En se tournant vers le partage de la dette et des dépenses, l’UE adopte une approche de solidarité différente de celle qu’elle a fait lors de la crise de la dette qui a poussé la Grèce et quatre autres membres de l’union monétaire européenne à 19 pays à des renflouements internationaux en 2010-2015. La Grèce a été sauvée avec des prêts qui doivent être remboursés, augmentant ainsi son endettement. Cette aide s’est accompagnée de conditions difficiles pour contenir les dépenses publiques qui ont réduit la croissance, semé les difficultés et alimenté le ressentiment.

La réunion de quatre jours a néanmoins mis en évidence les failles profondes du bloc. Pour surmonter la résistance de cinq pays européens menés par les Pays-Bas, ils ont réduit les montants à distribuer sous forme de subventions et augmenté le montant offert sous forme de prêts à rembourser. L’argent ne sera pas versé avant l’année prochaine et le fonds est unique, ce qui signifie que s’il crée un précédent important, il ne conduit pas nécessairement à un soutien mutuel continu sur lequel on pourrait compter dans toute crise future.

La disposition de subvention est importante car elle permettra à des pays comme l’Italie et l’Espagne de dépenser plus pour leur économie sans alourdir leur dette nationale. Tous deux ont été durement touchés par l’épidémie de virus et l’Italie en particulier a un lourd fardeau de la dette qui doit être régulièrement renouvelé avec de nouveaux emprunts. Une forte hausse de la dette pourrait dissuader les marchés obligataires de prêter à des taux abordables.

La résistance des Pays-Bas, de l’Autriche, de la Suède, de la Finlande et du Danemark reflète le scepticisme quant au rythme des réformes économiques dans les pays qui ont besoin d’aide.

Pourtant, les billions de soutien financier commencent à s’accumuler. Bien que la réponse européenne soit répartie entre les institutions de l’UE, la Banque centrale européenne et les gouvernements des différents pays, les économistes affirment que le chiffre de la relance est suffisamment important pour impressionner les investisseurs internationaux afin qu’ils continuent à prêter à des pays endettés comme l’Italie et éviter une nouvelle crise de la dette.

Le fonds de relance de 750 milliards d’euros s’ajoute à un budget de 1,1 billion d’euros de l’UE qui finance le soutien agricole de l’Union, des projets pour aider les membres les plus pauvres à rattraper leur retard et une myriade d’autres programmes. Cela, à son tour, fait suite à 540 milliards d’euros d’aide aux programmes de soutien salarial pour contenir le chômage, et aux lignes de crédit que les pays durement touchés pourraient puiser dans le fonds de sauvetage de la zone euro. Un autre 1,35 billion d’euros est imprimé par la Banque centrale européenne et injecté dans l’économie par le biais d’une série d’achats d’obligations qui réduisent les coûts d’emprunt sur le marché pour les entreprises, les gouvernements et les consommateurs. Ce sont ces achats d’obligations qui ont empêché la crise virale de se transformer en crise financière pendant que les dirigeants de l’UE débattaient.

Les subventions basées sur l’emprunt commun «constituent un pas énorme vers la solidarité en Europe», ont écrit les économistes Bert Colijn et Carsten Brzeski de la banque ING. «D’un point de vue positif, le fait que les dirigeants gouvernementaux ont négocié jusqu’au bout pour trouver un accord et n’ont pas simplement décidé de reporter la décision montre que tous ont vu le sentiment d’urgence», ont-ils déclaré dans une note de recherche.

« D’un point de vue plus négatif, le compromis acharné aura brisé une certaine porcelaine politique et n’a pas toujours envoyé un signal d’une forte unité. Seul le temps nous dira laquelle de ces deux perspectives deviendra le discours dominant sur les marchés financiers.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Pompeo tient des pourparlers au Royaume-Uni dans un contexte de tensions croissantes en Chine

Biden lancera le 3e pilier du plan économique vantant 3 millions de nouveaux emplois dans la prestation de soins et l’éducation préscolaire