in

Une vague de pandémie endommage Trump, stimulant la candidature de Biden à la Maison Blanche: POLL

La préférence du public pour Joe Biden par rapport à Donald Trump pour gérer la pandémie de coronavirus a grimpé en flèche depuis mars dans le dernier sondage ABC News / Washington Post, stimulant Biden – ainsi que d’autres mesures – dans la course à la Maison Blanche.

Il y a trois mois et demi, les deux candidats étaient pratiquement en confiance pour gérer la pandémie, Trump +2 points de pourcentage, 45-43%. Aujourd’hui, avec la flambée des cas de COVID-19 dans le pays, Biden mène Trump sur la question avec une marge de 20 points, 54-34%.

Voir PDF pour les résultats complets, les graphiques et les tableaux.

Biden a également avancé, presque à égalité avec Trump, dans la confiance pour gérer l’économie, après avoir traîné en mars. Biden mène Trump de 9 points sur la gestion du crime et de la sécurité, un point focal de Trump ces dernières semaines. Et sur les relations raciales, Biden mène par sa plus grande marge, 25 points, 58-33%.

Biden a ses propres risques, en particulier un manque d’enthousiasme prononcé pour sa candidature. Pourtant, l’impact de ce déficit reste à voir: pour les deux tiers de ses partisans, il ne s’agit pas principalement d’élire Biden, mais de vaincre Trump.

Le président, en outre, a d’autres défis, allant de l’évaluation des performances aux qualités personnelles. Comme annoncé vendredi, l’approbation de sa gestion de la pandémie est passée de 51% fin mars à 38% aujourd’hui, avec une désapprobation en hausse de 15 points. Il a perdu 7 points en approuvant sa gestion de l’économie, à 50%, avec une désapprobation en hausse de 9.

Le taux global d’approbation des emplois de Trump est de 39% dans ce sondage, produit pour ABC par Langer Research Associates – en baisse de 9 points au cours de la pandémie, avec une désapprobation en hausse de 11. Trump reste le premier président des sondages modernes à ne jamais obtenir l’approbation de la majorité pour son travailler au bureau, avec la moyenne de carrière la plus basse jamais enregistrée.

La désapprobation croissante de la performance professionnelle de Trump est largement basée. C’est une hausse de 22 points depuis mars parmi ceux qui sont très inquiets d’attraper le coronavirus, à 82%. Il est également en hausse dans deux de ses principaux groupes de soutien, +20 points chez les Américains ruraux et +12 points chez les protestants blancs évangéliques, à 45 et 30%, respectivement. La désapprobation est également en hausse surtout chez les Sudistes (+18 points); et les Noirs, les femmes, les modérés et les suburbains, tous âgés de 15 à 16 ans.

Par partisanerie, les démocrates désapprouvent désormais presque à l’unanimité le travail de Trump au pouvoir, en hausse de 17 points en trois mois et demi à 95%; 56% des indépendants désapprouvent également, en hausse de 11. Parmi les républicains, 16% désapprouvent, en hausse de 10 points par rapport à fin mai.

Au-delà de l’approbation du poste, Biden mène Trump de 26 points en étant perçu comme ayant la meilleure personnalité et le meilleur tempérament pour devenir président. Dans une conclusion connexe, 76% des Américains affirment que Trump, en parlant de personnes avec lesquelles il n’est pas d’accord, «franchit la ligne de ce qui est acceptable». Cinquante points de moins, 26%, disent que Biden fait de même.

Soixante et un pour cent disent que Trump a fait plus pour diviser que pour unir le pays, plus que ce ne l’a été pour l’un de ses deux prédécesseurs au pouvoir. Lorsqu’on lui a demandé quels candidats feraient plus pour unir les Américains, Biden mène par une autre large marge, 57-33%.

Biden mène également à deux chiffres sur d’autres attributs personnels – mieux comprendre les problèmes de personnes comme vous (+17 points), être plus honnête et digne de confiance (+14), mieux représenter vos valeurs personnelles (+12) et avoir une meilleure idée de ce que l’Amérique devrait représenter (+10). Trump pousse à la parité sur un seul, qui est le leader le plus fort, un partage égal à 45-45%.

Alors que les opinions sont similaires parmi les électeurs inscrits, Biden perd du terrain sur trois de ces points parmi ceux qui sont les plus susceptibles de voter. Dans la plus grande différence, il passe d’une avance de 26 points parmi tous les adultes en ce qui concerne la personnalité et le tempérament nécessaires pour devenir président à un léger avantage de 11 points parmi les électeurs probables, 53-42%. Il glisse également parmi les électeurs probables parmi ceux qui comprennent le mieux leurs problèmes et qui est le leader le plus fort.

Préférence de vote

Ces divergences de vues sur les candidats informent sur leur classement actuel: les Américains diviseraient de 54 à 39% en faveur de Biden si l’élection avait lieu aujourd’hui. Parmi les électeurs inscrits, la marge est la même, 55 à 40%. Parmi les électeurs probables, Biden est toujours en tête, quoique de près de 10 points, 54-44%, signalant l’avantage habituel du GOP en termes de participation – potentiellement l’une des armes les plus puissantes de Trump.

L’avantage de Biden parmi les électeurs inscrits est en hausse par rapport à une impasse virtuelle, 49-47%, fin mars, avant que la situation de pandémie en spirale ne frappe les cotes de Trump. Biden, de même, n’était que de +4 parmi les électeurs inscrits en janvier, alors que le sentiment économique atteignait un sommet en 20 ans. Cela dit, ce qui vient peut disparaître: Biden a mené Trump de 17 points en octobre dernier et de 15 points en septembre, ce qu’il a ensuite abandonné, pour reprendre complètement pied maintenant.

La retraite de Trump depuis les débuts de l’épidémie de coronavirus a été la plus importante dans l’un de ses principaux groupes, les Américains ruraux, son avance parmi les électeurs inscrits de ce groupe est passée de 47 points fin mars à 18 points maintenant, 56-38%. Comme indiqué vendredi, sa cote de gestion de la pandémie a également chuté, particulièrement dans les zones rurales. (La course est de 52 à 43%, Biden-Trump, parmi les banlieusards, et de 68 à 27% dans les zones urbaines, toutes deux essentiellement stables.)

Les changements régionaux sont également importants. Biden a avancé dans le Midwest, passant d’une impasse à une avance de 17 points. Il est proche dans le Sud, 50 à 44%, Biden-Trump, par rapport à une avance de 13 points de Trump fin mars. Et Biden est en avance de 15 points dans le Nord-Est et de 30 points dans l’Ouest.

Dans un groupe clé du centre, Biden mène de 54 à 37% parmi les indépendants, inchangé par rapport à mai mais en hausse par rapport à une division égale en mars.

Biden mène désormais de 25 points chez les femmes, soit le double de sa marge fin mars, et représente un +4 non significatif chez les hommes, contre -9 chez les hommes à l’époque. Cela comprend une large avance de 60 à 36% de Biden parmi les femmes de banlieue, par rapport à une chaleur morte virtuelle chez les hommes de banlieue, 49 à 45%, Trump-Biden.

Biden détient une avance de 30 points parmi les diplômés universitaires, 63-33%, contre +15 points fin mars. (Hillary Clinton a remporté ce groupe par seulement 10 points en 2016, 52-42%.) Et Trump est passé d’une avance de 18 points parmi les électeurs inscrits blancs à à peine 4 points maintenant, tandis que 94% des électeurs inscrits noirs soutiennent Biden.

Les catholiques blancs, potentiellement un groupe d’électeurs swing, se divisent essentiellement également, 51-47%, Trump-Biden, contre +13 pour Trump en mars; Trump a gagné les catholiques blancs de 61 à 37% en 2016. Trump fait actuellement mieux, 61 à 34%, parmi les hommes blancs non universitaires, mais c’est un groupe qu’il a gagné avec 71% il y a quatre ans. Dans l’ensemble du spectre politique, les femmes blanches diplômées d’université favorisent Biden de 60 à 38%, contre 51 à 44% de leur vote pour Clinton plutôt que Trump en 2016.

Trump conserve le soutien de 90% des électeurs inscrits qui disent avoir voté pour lui en 2016, mais en perd 8% au profit de Biden. Biden, pour sa part, gagne 95% des supporters de Clinton en 2016, dont 3% pour Trump.

Notamment, aussi, Biden gagne les électeurs inscrits qui sont très inquiets d’attraper le coronavirus par un écrasant 82-14%, et ceux qui sont quelque peu inquiets par un 53-41% plus étroit. Ceux qui sont moins inquiets, en revanche, préfèrent Trump, 69-26%.

En effet, dans une analyse statistique appelée régression, le fait de craindre d’attraper le coronavirus est un prédicteur indépendant important de la préférence de vote, contrôlant d’autres facteurs, notamment la partisanerie, l’idéologie et la démographie.

Envoyez-le?

Quatre-vingt-six pour cent des électeurs inscrits disent qu’ils sont certains de voter aux élections de novembre, un peu plus que d’habitude à ce stade des cycles récents – il était de 79 à 81% en juillet 2016, 2012 et 2008 de la même manière.

De quelle manière ils voteront est une autre question. Trente-huit pour cent des Américains déclarent préférer voter par correspondance, 59% en personne. En 2016, pour le contexte, 24% ont voté par courrier, selon la US Election Assistance Commission.

C’est un point d’intérêt clé étant donné les efforts de certains États pour encourager le vote par correspondance afin d’éviter l’infection virale dans les bureaux de vote en personne. Si le vote par correspondance augmente, le décompte de ces bulletins pourrait retarder le dépouillement au-delà de la nuit des élections.

Trump a repoussé le vote par correspondance, alléguant qu’il est ouvert à la fraude, et l’argument a une certaine résonance: quarante-neuf pour cent considèrent le vote par courrier comme vulnérable à des niveaux importants de fraude, tandis que 43% pensent que des protections adéquates contre une fraude importante sont en place.

La partisanerie divise ces points de vue. Parmi les partisans de Biden, seuls 28% considèrent le vote par correspondance comme vulnérable à une fraude substantielle, et 54% disent que c’est ainsi qu’ils préfèrent voter. Parmi les partisans de Trump, en revanche, 78% considèrent le vote par correspondance comme vulnérable, et seulement 17% préfèrent voter de cette façon.

Parmi les personnes qui préfèrent voter par correspondance, 23% le considèrent comme vulnérable à une fraude importante. Cela monte en flèche à 67% de ceux qui préfèrent voter en personne.

D’autres facteurs entrent en jeu. La préférence pour voter par correspondance est beaucoup plus élevée dans l’Ouest, 56%, reflétant probablement sa prévalence là-bas, contre aussi peu que 25% dans le Nord-Est. Il est également beaucoup plus élevé chez les diplômés universitaires que chez les non-diplômés.

D’après la façon dont les gens votent pour qui ils votent, le cours de la pandémie est clairement un caractère générique lors des élections de novembre. Ainsi, comme indiqué, est la question de l’enthousiasme. Parmi les électeurs inscrits qui soutiennent Trump, 69% sont très enthousiastes à l’idée de le faire, bien mieux que ce ne l’était pour lui en 2016. Cela se compare à un enthousiasme de 39% pour Biden parmi ses partisans. Dans la mesure où l’enthousiasme se traduit par une participation, cela pourrait mettre en péril l’avance actuelle de Biden.

Là encore, la motivation de Biden peut provenir d’une autre direction. Parmi les partisans de Trump, 72% disent qu’il est plus important pour eux de réélire Trump que de vaincre Biden. Parmi les partisans de Biden, c’est presque le contraire: 67% disent que leur principal intérêt est de vaincre Trump.

Allison De Jong, Christine Filer, Steven Sparks et Sofi Sinozich ont contribué à ce rapport.

Méthodologie

Ce sondage ABC News / Washington Post a été réalisé par téléphone fixe et cellulaire du 12 au 15 juillet 2020, en anglais et en espagnol, auprès d’un échantillon national aléatoire de 1006 adultes, dont 845 électeurs inscrits. Les résultats ont une marge d’erreur d’échantillonnage de 3,5 points pour l’échantillon complet et de 4,0 points parmi les électeurs inscrits, y compris les effets de plan. Les divisions partisanes sont 30-24-39%, démocrates-républicains-indépendants.

L’enquête a été réalisée pour ABC News par Langer Research Associates de New York, N.Y., avec échantillonnage et collecte de données par Abt Associates de Rockville, Maryland. Voir les détails sur la méthodologie de l’enquête ici.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

3 amis retrouvés mystérieusement assassinés lors d’un voyage de pêche en Floride

Un organe «complètement détruit» après un incendie dans une cathédrale française, traité comme un acte criminel