in

Le Royaume-Uni accuse des «  acteurs russes  » de s’être mêlés des élections de 2019

Le gouvernement britannique a accusé des «acteurs russes» anonymes de vouloir s’ingérer dans les élections générales de l’an dernier

Par

Presse associée PAN PYLAS

16 juillet 2020 à 13h29

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

LONDRES –
Le gouvernement britannique a accusé jeudi des « acteurs russes » anonymes de chercher à s’ingérer dans les dernières élections générales du Royaume-Uni, et un puissant comité de législateurs a confirmé qu’il publierait dans quelques jours un rapport tant attendu sur les allégations précédentes d’ingérence de Moscou dans la politique intérieure.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré dans une déclaration écrite aux législateurs qu’il était « presque certain » que des « acteurs russes » anonymes ont cherché à s’ingérer « lors des élections de décembre 2019 en amplifiant en ligne » des documents gouvernementaux acquis et divulgués illégalement « .

Les documents relatifs au Royaume-Uni et aux États-Unis les pourparlers commerciaux, ont été utilisés par le chef de l’époque du principal parti travailliste d’opposition, Jeremy Corbyn, pour étayer ses affirmations selon lesquelles le gouvernement conservateur s’apprêtait à «vendre» le National Health Service.

Les journaux auraient paru en ligne quelques mois plus tôt, mais n’ont attiré que peu d’attention jusqu’à ce qu’ils soient repris par la campagne du parti travailliste. Raab a déclaré qu’il y avait une « enquête criminelle en cours » sur la façon dont les documents ont été obtenus.

La déclaration de Raab est intervenue alors que la nouvelle commission du renseignement et de la sécurité au Parlement a annoncé qu’elle publierait le rapport sur les allégations précédentes d’ingérence russe avant le début des vacances d’été du Parlement la semaine prochaine. Le comité a un rôle étendu et largement secret de superviser les services de renseignement et de sécurité du Royaume-Uni.

Il n’a pas été en mesure de publier le rapport car il a été compilé l’année dernière après que le Premier ministre conservateur Boris Johnson a refusé de le rendre public avant les élections de décembre. Le rapport doit être approuvé par le gouvernement avant de pouvoir être rendu public.

Johnson est aux prises avec des questions sur le rapport non publié depuis des mois, en particulier sur ce qu’il dit sur toute implication russe dans la campagne du Brexit de 2016, qui a vu la Grande-Bretagne voter pour quitter l’Union européenne.

Le principal parti travailliste d’opposition a accusé le gouvernement de ne pas avoir publié le rapport car cela entraînerait d’autres questions sur les liens entre la Russie et la campagne de 2016 pour quitter l’UE, dirigée par Johnson.

La décision de publier le rapport intervient un jour après la formation du nouveau comité pour la présente législature. Sa première action a été de rejeter le candidat préféré du gouvernement pour le diriger.

Le comité de neuf membres a élu le législateur Julian Lewis comme président. On s’attendait à ce que le travail revienne à un ancien ministre, Chris Grayling, qui est un fidèle partisan de Johnson.

Une tempête politique s’ensuivit et Lewis fut expulsé du caucus du parti au Parlement. Lewis a dit que la décision de le dépouiller de son statut conservateur était «étrange» étant donné que le comité est censé être en dehors de l’influence du gouvernement.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Bretelles du nord-est pour une possible vague de chaleur alors que les températures augmentent à travers les États-Unis

La Russie a tenté de pirater la recherche sur le vaccin contre les coronavirus, selon les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada