in

Le chef de l’OMS fait appel à d’anciens dirigeants pour diriger le panel d’intervention COVID-19

Le chef de l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que l’ancien président du Libéria et un ancien Premier ministre néo-zélandais dirigeront un panel pour donner une «évaluation honnête» de la réponse mondiale à la pandémie de coronavirus

9 juillet 2020 à 12h36

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

GENÈVE –
Le chef de l’Organisation mondiale de la santé a déclaré jeudi que l’ancienne présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf et l’ancienne première ministre néo-zélandaise Helen Clark dirigeront un nouveau panel chargé de donner « une évaluation honnête » de la réponse mondiale à la pandémie de coronavirus.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, dont l’agence fait face à un retrait des États-Unis à la suite des plaintes de l’administration Trump au sujet de sa gestion précoce de l’urgence virale, a annoncé les nominations au nouveau Panel indépendant pour la préparation et la réponse à une pandémie.

«Je ne peux pas imaginer deux leaders indépendants, plus forts d’esprit, pour nous guider à travers ce processus d’apprentissage critique pour nous aider à comprendre ce qui s’est passé – une évaluation honnête – et pour nous aider à comprendre également ce que nous devons faire pour éviter une telle tragédie à l’avenir », A déclaré Tedros.

Le chef de l’OMS a réitéré ses appels à l’unité mondiale et a dénoncé un manque général de leadership, mais il n’a fait aucune référence au fait que l’administration Trump a donné un préavis officiel d’un an cette semaine de son intention de retirer les États-Unis de l’agence de santé des Nations Unies.

Les États-Unis sont le plus grand donateur de l’OMS, contribuant de 400 à 500 dollars par an ces dernières années.

«Mes amis, ne vous y trompez pas: la plus grande menace à laquelle nous sommes confrontés actuellement n’est pas le virus lui-même. C’est plutôt le manque de leadership et de solidarité aux niveaux mondial et national », a déclaré Tedros lors d’une réunion hebdomadaire des États membres, qui a été rendue publique de manière inhabituelle lors de l’annonce des nominations au panel.

Il a déclaré qu’il convoquerait une réunion spéciale du conseil exécutif de l’OMS en septembre, avant d’accueillir l’assemblée de ses 194 États membres en novembre. L’Assemblée mondiale de la santé, qui a généralement lieu en mai, a été interrompue et tenue en ligne cette année en raison de la pandémie.

« Nous devons nous préparer pour les futures épidémies mondiales et les nombreux autres défis de notre temps, tels que la résistance antimicrobienne, les inégalités et la crise climatique », a déclaré Tedros. « COVID-19 nous a tellement pris. Mais cela nous donne également l’occasion de rompre avec le passé – et de reconstruire en mieux. »

En mai, l’assemblée a appelé à une évaluation complète de la réponse de l’OMS et du monde à la flambée, et après les critiques répétées de l’administration Trump à l’égard de l’agence de santé des Nations Unies pour sa gestion de la pandémie et sa déférence présumée envers la Chine, où COVID-19 est apparu pour la première fois.

Tedros a suggéré que le panel aurait une administration indépendante, informerait régulièrement les États membres de ses progrès et tiendrait des réunions mensuelles.

« Ce ne peut pas être un autre panneau bleu qui publie un rapport qui monte sur l’étagère », at-il dit. « Nous devons nous réunir dans une conversation mondiale pour prendre ces leçons durement gagnées et les transformer en action. »

«J’espère que la crise déterminante de notre époque rappellera également à tous que la meilleure voie à suivre et la seule voie à suivre est ensemble», a-t-il déclaré.

Avatar

Ecrit par garconne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

De fortes pluies frappent le centre du Japon pittoresque, plus de dégâts dans le sud

La Cour suprême du Wisconsin approuve les lois sur le canard boiteux rédigées par le GOP