in

Le MJ arrête un homme pour vandalisme présumé sur la statue d’Andrew Jackson

L’homme s’identifie dans les publications sur les réseaux sociaux comme un partisan antifa.

2 juillet 2020 à 18h28

5 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Les procureurs fédéraux ont inculpé une autre personne qui aurait été impliquée dans le vandalisme de la statue de l’ancien président Andrew Jackson à Lafayette Park à Washington, DC la semaine dernière.

Jason Charter, qui s’identifie dans les profils des médias sociaux comme un partisan du mouvement antifasciste antifa, a été accusé vendredi de deux chefs de destruction de biens fédéraux sur la base de vidéos qui semblent le montrer participer au vandalisme de la statue de Confédéré le général Albert Pike ainsi que la statue de Jackson.

Selon un affidavit soumis au tribunal de district de DC, Charter a été vu sur des images de surveillance « se tenant à l’intérieur de la zone fermée de la statue de Jackson et dirigeant les autres » effectuant le vandalisme et a également été vu aider des individus à ajuster les cordes qu’ils utilisaient pour essayer de déchirer le statue vers le bas.

Bien que leurs tentatives d’enlever la statue aient échoué après que les autorités soient intervenues, la police du parc a déclaré la semaine dernière qu’il pourrait en coûter plus de 78 000 $ pour réparer les dommages causés par les vandales.

Quatre autres hommes ont également été inculpés à la fin de la semaine dernière pour leur implication dans la tentative de renverser la statue de Jackson après que les enquêteurs ont pu retrouver leur identité en tirant à la fois des vidéos de surveillance et des publications sur les réseaux sociaux partagées publiquement par les personnes proches de la zone à l’époque. de l’incident.

Le FBI a déclaré que la charte avait été identifiée de la même manière sur la base de séquences de surveillance et a ajouté qu’après le vandalisme de la statue de Pike qu’il avait posté sur son Twitter, « Démolir des statues de traîtres à la nation est un service pour cette nation et non un crime. » Charter a ensuite publié des images sur son Facebook plus tard dans la nuit, déclarant « Mort à toutes les statues confédérées », a déclaré le FBI.

Dans la plupart des cas, les manifestants ont cherché à isoler les statues commémorant des personnages de la Confédération, bien que dans certains domaines, ces appels se soient étendus à des personnalités comme Jackson – compte tenu de son temps en tant que propriétaire d’esclaves et de son retrait forcé des Amérindiens de leurs terres.

Jeudi après-midi, il n’était pas immédiatement clair si Charter avait retenu les services d’un avocat de la défense. Il est présumé innocent à moins qu’il ne soit reconnu coupable en justice.

Alors que Charter a salué le mouvement antifa à plusieurs reprises dans les publications sur les réseaux sociaux et que sa biographie sur Twitter comprend le hashtag «  #IAmAntifa  », l’affidavit déposé par le FBI ne cherche pas à le connecter directement au groupe. Cela malgré un effort concerté du président Donald Trump et du procureur général William Barr pour assumer la responsabilité d’antifa pour une grande partie de la violence dans le pays résultant des protestations contre la mort de George Floyd, qui a été tué lors de la garde à vue de Minneapolis en mai.

Au lieu de cela, c’est le mouvement boogaloo de droite qui a été désigné par son nom après l’arrestation de plusieurs membres accusés d’avoir menacé de mener des attaques violentes.

La dernière arrestation intervient alors que Trump dans une vidéo publiée sur son compte Twitter jeudi matin a doublé sa rhétorique dure contre le récent vandalisme des statues à la suite de la mort de Floyd.

« L’anarchie a été autorisée à prévaloir, nous n’allons pas la laisser régner plus longtemps », a déclaré Trump. « Ils vont en prison pendant dix ans s’ils blessent nos monuments ou nos statues. »

Le département de la Sécurité intérieure a déclaré mercredi qu’il prévoyait de lancer des équipes de déploiement rapide pour protéger les monuments fédéraux au cours du week-end du 4 juillet, mais il n’était pas clair si le déploiement était une réponse à une menace spécifique ou à une manifestation prévue.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Après la mort de George Floyd, le comté de Hennepin déclare le racisme une crise de santé publique

Le Royaume-Uni abandonne la mise en quarantaine de certains visiteurs alors que les pubs rouvrent leurs portes