in

Un «incident» endommage la construction près du site nucléaire iranien

Un porte-parole a déclaré qu’un «incident» avait endommagé un bâtiment en construction près du site nucléaire iranien de Natanz, mais que ses installations de centrifugation n’avaient pas été endommagées.

Par

NASSER KARIMI Associated Press

2 juillet 2020 à 10h21

4 min de lecture

4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Téhéran, Iran —
Un « incident » a endommagé jeudi un bâtiment en construction près de l’installation souterraine d’enrichissement nucléaire de Natanz en Iran, bien qu’il n’ait pas affecté ses opérations de centrifugation ni provoqué de libération de rayonnement, a déclaré un porte-parole.

Le bâtiment touché, décrit comme un «hangar industriel», était au-dessus du sol et ne faisait pas partie de l’installation d’enrichissement elle-même, a déclaré Behrouz Kamalvandi, porte-parole de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique. L’agence de presse publique IRNA a cité Kamalvandi comme disant «aucun besoin de s’inquiéter» de l’incident.

« Il y a des dommages physiques et financiers et nous enquêtons pour évaluer, » Kamalvandi plus tard déclaré à la télévision d’Etat iranienne. « De plus, il n’y a eu aucune interruption dans le travail du site d’enrichissement. Dieu merci, le site continue son travail comme avant. »

Cependant, aucun chantier de construction n’a été annoncé à Natanz, un centre d’enrichissement d’uranium situé à quelque 250 kilomètres (155 miles) au sud de la capitale, Téhéran. Natanz comprend des installations souterraines enfouies sous quelque 7,6 mètres (25 pieds) de béton, qui offrent une protection contre les frappes aériennes. L’incident est également apparu suffisamment grave pour que Kamalvandi et le chef du nucléaire iranien Ali Akbar Salehi se précipitent à Natanz.

Ramazanali Ferdowsi, le gouverneur de la ville de Natanz, a décrit plus tard l’incident comme un «incendie». Ferdowsi a déclaré que les pompiers et les équipes de secours étaient déployés sur le site pour gérer l’incident. Il n’a offert aucune cause à l’incendie dans ses propos rapportés par l’agence de presse semi-officielle Tasnim.

Natanz, également connue sous le nom d’usine pilote d’enrichissement du carburant, fait partie des sites désormais surveillés par l’Agence internationale de l’énergie atomique après l’accord nucléaire iranien de 2015 avec les puissances mondiales. L’AIEA n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires sur l’incident.

Situé dans la province centrale d’Ispahan en Iran, Natanz abrite la principale installation d’enrichissement d’uranium du pays. Là, les centrifugeuses font tourner rapidement l’hexafluorure d’uranium gazeux pour enrichir l’uranium. Actuellement, l’AIEA affirme que l’Iran enrichit l’uranium à environ 4,5% de pureté, au-dessus des termes de l’accord sur le nucléaire, mais bien en dessous des niveaux de qualité militaire de 90%. Elle a également effectué des tests sur des centrifugeuses avancées, selon l’AIEA.

Aux États-Unis sous le président Donald Trump a retiré unilatéralement de l’accord nucléaire en mai 2018, la mise en place des mois de tensions entre Téhéran et Washington. L’Iran dépasse désormais toutes les limites de production fixées par l’accord, mais autorise toujours les inspecteurs et les caméras de l’AIEA à surveiller ses sites nucléaires.

Cependant, Natanz est devenu un sujet de controverse l’année dernière, car des responsables iraniens ont refusé d’autoriser un inspecteur de l’AIEA dans l’installation en octobre après avoir prétendument testé positif pour des traces présumées de nitrates explosifs. Les nitrates sont un engrais commun. Cependant, lorsqu’il est mélangé avec des quantités appropriées de carburant, le matériau peut devenir un explosif aussi puissant que le TNT. Les tests sur écouvillon, courants dans les aéroports et autres installations sécurisées, peuvent détecter sa présence sur la peau ou les objets.

Natanz demeure également une préoccupation particulière pour Téhéran, qui a déjà été la cible de sabotages. Le virus informatique Stuxnet, largement considéré comme une création américaine et israélienne, a perturbé et détruit les centrifugeuses à Natanz au milieu des préoccupations occidentales au sujet du programme nucléaire iranien.

Les photos satellites montrent une explosion vendredi dernier qui a secoué la capitale iranienne en provenance d’une zone de ses montagnes orientales qui, selon les analystes, cache un tunnel souterrain et des sites de production de missiles. L’Iran a imputé l’explosion à une fuite de gaz dans ce qu’il décrit comme un «espace public».

———

L’écrivain Associated Press Jon Gambrell à Dubaï, aux Émirats arabes unis, a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Mises à jour sur le coronavirus: les États-Unis signalent un nombre record de nouveaux cas en une journée

Un juge britannique rejette la tentative du tabloïd de rejeter le procès en diffamation contre Depp