in

L’envoyé américain pour la paix envisage d’entamer des pourparlers pour mettre fin à la guerre en Afghanistan

Un communiqué publié par l’ambassade des États-Unis à Islamabad indique que l’envoyé de paix de Washington a déclaré aux responsables pakistanais que les talibans afghans et les dirigeants politiques de Kaboul étaient sur le point d’entamer des négociations pour décider du visage d’un Afghanistan d’après-guerre

Par

KATHY GANNON Associated Press

2 juillet 2020 à 13h03

4 min de lecture

4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

ISLAMABAD –
L’envoyé de paix de Washington a déclaré aux responsables pakistanais que les talibans afghans et les dirigeants politiques de Kaboul étaient sur le point d’entamer des négociations pour décider du visage de l’Afghanistan d’après-guerre, une étape cruciale dans un accord américain signé avec les talibans en février, selon un communiqué publié jeudi. par l’ambassade des États-Unis à Islamabad.

Zalmay Khalilzad était dans la région pour ouvrir la voie à des négociations intra-afghanes qui devraient commencer dans le courant du mois. Aucune date n’a été fixée, mais le président afghan Ashraf Ghani a déclaré mercredi soir que le premier tour se tiendrait à Doha, où les talibans maintiendraient un bureau politique.

Les deux parties doivent toujours libérer le reste des prisonniers prévus dans l’accord, qui appelle le gouvernement afghan à libérer 5 000 talibans et les insurgés à libérer 1 000 membres du gouvernement. Jusqu’à présent, le gouvernement a libéré 3 500 et les Taliban environ 700.

« L’Ambassadeur Khalilzad a noté à quel point les parties sont sur le point d’entamer des négociations intra-afghanes et l’importance de résoudre rapidement les problèmes en suspens, soulignant la promesse que la paix tient pour la stabilité et le développement régionaux », a déclaré le communiqué de l’ambassade à propos de ses réunions au Pakistan avec le chef de l’armée et ministre des Affaires étrangères.

Plus tôt cette semaine, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est entretenu avec le négociateur en chef des Taliban, Mullah Abdul Ghani Baradar. Lors de l’appel vidéo de lundi, Pompeo « a clairement fait savoir que les Taliban devaient respecter leurs engagements, qui incluent de ne pas attaquer les Américains », selon le Département d’État.

La dernière incursion de Khalilzad dans la région survient alors que la Maison Blanche est impliquée dans une controverse sur le fait de savoir si la Russie a payé des primes aux militants liés aux Taliban ou aux trafiquants de drogue proches des Taliban pour tuer des soldats américains et de l’OTAN en Afghanistan.

Le président américain Donald Trump a nié être au courant des primes présumées. La Russie a qualifié ces accusations de non-sens et les talibans ont déclaré qu’ils n’avaient pas eu besoin d’incitations financières de la part d’agences de renseignement étrangères pour mener la guerre contre les troupes américaines et de l’OTAN.

Le New York Times a d’abord signalé les primes, qui ont été confirmées par l’Associated Press. Les responsables du renseignement américain ont également déclaré qu’ils cherchaient à savoir si des primes étaient impliquées dans la mort de soldats américains au début de 2019, en particulier, et dans une attaque d’avril 2019 qui a tué trois soldats américains, ainsi que dans des attaques dites d’initiés dans lesquelles l’armée nationale afghane les soldats se sont retournés contre leurs alliés américains et les ont tués.

Khalilzad a été nommé en septembre 2018 pour ouvrir des pourparlers de paix directs avec les talibans, mais jusqu’à la mi-2019, les États-Unis et les talibans ont été enfermés dans la bataille alors que les deux parties cherchaient à améliorer leur position de négociation avec des victoires militaires. Le meurtre d’un soldat américain lors d’une attaque des talibans contre la capitale Kaboul en septembre 2019 a incité le président Trump à déclarer des pourparlers de paix avec les talibans morts.

Ils ont redémarré en décembre et le 29 février de cette année, l’accord a été signé à Doha. À l’époque, l’accord était présenté comme la meilleure chance de paix pour l’Afghanistan depuis des décennies de guerre.

Aux termes de l’accord, les talibans se sont engagés à combattre les groupes terroristes, à ne pas soutenir les groupes terroristes et à veiller à ce que l’Afghanistan ne soit utilisé par personne pour attaquer les États-Unis ou leurs alliés.

Les talibans ont également déclaré qu’ils n’attaqueraient pas les troupes américaines et de l’OTAN mais continueraient leur combat contre les forces de sécurité nationale afghanes. L’un des premiers points à l’ordre du jour des négociations intra-afghanes est apparemment un cessez-le-feu permanent.

Le porte-parole politique des talibans, Suhail Shaheen, a toutefois déclaré qu’aucune discussion ne commencerait tant que les 5 000 talibans énumérés dans l’accord ne seraient pas libérés. Cependant, le président Ghani a déclaré mercredi que le gouvernement allait annoncer dimanche la liste définitive des talibans qui seront libérés, suggérant que certains ne seraient pas libérés et remplacés par d’autres prisonniers.

Les talibans ont déclaré qu’il ne pouvait y avoir aucune exception aux noms sur leur liste, qui a été approuvée par les États-Unis lors des négociations.

Khalilzad tiendra des vidéoconférences avec les dirigeants afghans plutôt que de se rendre à Kaboul en raison des dangers de la pandémie de coronavirus. L’Afghanistan a enregistré plus de 32 000 infections, mais le nombre réel serait beaucoup plus élevé.

Khalilzad, qui se trouvait également en Ouzbékistan, devait également se rendre à Doha, où il rencontrera des négociateurs talibans.

——————

Le rédacteur en chef adjoint de la presse, Tameem Akhgar, a contribué à ce rapport

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Un policier de Miami relevé de ses fonctions après qu’une vidéo le montre semblant frapper une femme au visage

Les juges gardent le matériel d’enquête secret sur la Russie