in

Starbucks et Coca-Cola sont les derniers à rejoindre le boycott des publicités Facebook

Facebook a annoncé quelques changements de politique vendredi alors que la pression monte.

Catherine Thorbecke

29 juin 2020 à 18h14

6 min de lecture

6 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Starbucks, Coca-Cola et Levi’s sont devenues les dernières grandes marques à rejoindre publiquement un boycott publicitaire Facebook croissant à la demande de la NAACP et d’autres organisations de défense des droits civiques.

L’appel à une pause sur les publicités Facebook a commencé le 17 juin, lorsqu’une coalition de groupes de défense dirigée par le NAACP, Colors of Change et la Anti-Defamation League (ADL) a lancé la campagne #StopHateforProfit, appelant les entreprises à suspendre la publicité sur Facebook pendant le mois de juillet.

Dans un communiqué, les groupes ont critiqué Facebook pour « avoir permis à un contenu raciste, violent et manifestement faux de sévir sur sa plate-forme ».

La campagne survient alors que la nation a été secouée par des protestations contre la mort de George Floyd en garde à vue, et que les entreprises américaines ont fait face à une immense pression pour réaffirmer leur engagement envers les initiatives de justice raciale à travers des actions et pas seulement des mots.

Facebook a réalisé près de 70 milliards de dollars de revenus publicitaires à lui seul l’an dernier, selon des informations financières.

En quelques semaines, le boycott s’est développé à partir d’une poignée de magasins pour inclure le conglomérat multinational Unilever, le géant des télécommunications Verizon et d’autres.

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a répondu – après l’annonce d’Unilever que les actions de l’entreprise ont chuté de plus de 8% vendredi – avec une série de mises à jour, y compris l’interdiction des publicités qui prétendent que des personnes d’une race spécifique constituent une menace pour la sécurité des autres, étiquetant  » des articles dignes d’intérêt « tels que des discours de politiciens et plus encore.

Les clients visitent un Starbucks à Minneapolis.

Les clients visitent un Starbucks à Minneapolis.Jim Mone / AP, FILE

Les organisateurs du boycott publicitaire de lundi ont toutefois qualifié les mises à jour et les changements de politique de « insuffisants ».

« Les entreprises ont fait quelque chose d’incroyable la semaine dernière: elles ont attiré l’attention de Facebook », a écrit lundi la coalition Stop Hate for Profit. « De nombreuses entreprises nous ont expliqué comment elles avaient été ignorées lorsqu’elles ont demandé des changements à Facebook. Les partenaires à but non lucratif de la coalition Stop Hate for Profit étaient du même avis. »

« Mais, ensemble, nous avons finalement attiré l’attention de Facebook. Les représentants de Facebook ont ​​appelé des annonceurs. Mark Zuckerberg a tenu une mairie vendredi », ajoute le communiqué. « La société a envoyé une note à certains de ses meilleurs annonceurs vendredi soir avec quelques mises à jour. »

« Malheureusement, la somme totale de ces exercices révèle que Facebook a passé plus de temps sur ses messages plutôt que de s’attaquer aux problèmes sous-jacents sur la plate-forme », a déclaré le groupe.

Plus précisément, les organisateurs affirment que Facebook appliquant sa politique de haine aux publicités ne va pas assez loin pour lutter contre la haine dans les groupes et les publications et a fait part de ses préoccupations concernant le fait que les publications de quelqu’un « digne de presse » qui appellent à la violence « seront étiquetées – mais elles le seront toujours autorisés malgré le préjudice évident qu’elles peuvent causer.  »

Zuckerberg a déclaré vendredi dans un long article sur Facebook que la société s’était engagée à supprimer le contenu qui « incite à la violence » ou dépasse le vote « , peu importe d’où il vient ».

Un panneau avec le symbole «J’aime» de Facebook est affiché à l’extérieur du siège social de Facebook le 5 avril 2018, à Menlo Park, en Californie.

Un panneau avec le symbole «J’aime» de Facebook est affiché à l’extérieur du siège social de Facebook le 5 avril 2018, à Menlo Park, en Californie.Justin Sullivan / ., FILE

Un porte-parole de Facebook a également répondu aux allégations dans un communiqué lundi, notant que la société trouve une grande majorité de discours de haine avant même qu’ils ne soient signalés.

«Nous investissons des milliards de dollars chaque année pour assurer la sécurité de notre communauté et travaillons en permanence avec des experts externes pour revoir et mettre à jour nos politiques. Nous nous sommes ouverts à un audit des droits civiques et nous avons interdit 250 organisations suprémacistes blanches de Facebook et Instagram « , a déclaré un porte-parole de la société Facebook à ABC News dans un communiqué envoyé par e-mail.

Le communiqué ajoute que les investissements de la société dans l’IA lui permettent de trouver près de 90% des discours de haine et de prendre des mesures avant que les utilisateurs ne le signalent, notant qu’un rapport de l’UE « a révélé que Facebook a évalué plus de rapports de discours de haine en 24 heures que Twitter et YouTube ».

« Nous savons que nous avons encore du travail à faire et nous continuerons de travailler avec les groupes de défense des droits civiques, GARM [Global Alliance for Responsible Media]et d’autres experts pour développer encore plus d’outils, de technologies et de politiques pour poursuivre ce combat « , a déclaré le porte-parole.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Des femmes poursuivent en justice 4 officiers d’Indianapolis, alléguant une force excessive

La Cour suprême donne au président plus de contrôle sur le Bureau de protection financière des consommateurs