in

L’Iran délivre un mandat d’arrêt contre Trump qu’Interpol rejette

L’Iran a émis un mandat d’arrêt et a demandé à Interpol de l’aider à détenir le président Donald Trump et des dizaines d’autres qui, selon lui, ont mené la frappe de drone américaine qui a tué un haut général iranien à Bagdad au début de l’année

Par

NASSER KARIMI Associated Press

29 juin 2020 à 14h47

3 min de lecture

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Téhéran, Iran —
L’Iran a émis un mandat d’arrêt et a demandé à Interpol de l’aider à détenir le président Donald Trump et des dizaines d’autres qui, selon lui, ont mené la frappe de drones américains qui a tué un haut général iranien à Bagdad, aurait déclaré lundi un procureur local.

Interpol a déclaré plus tard qu’il ne tiendrait pas compte de la demande de l’Iran, ce qui signifie que Trump ne courrait aucun risque d’être arrêté. Cependant, les accusations soulignent les tensions accrues entre l’Iran et les États-Unis depuis que Trump a unilatéralement retiré l’Amérique de l’accord nucléaire de Téhéran avec les puissances mondiales.

Le procureur de Téhéran, Ali Alqasimehr, a déclaré que Trump et 35 autres personnes que l’Iran accuse d’avoir participé à la grève du 3 janvier qui a tué le général Qassem Soleimani à Bagdad seraient « accusés de meurtre et de terrorisme », a rapporté l’agence de presse officielle IRNA.

Alqasimehr n’a identifié personne d’autre que Trump, mais a souligné que l’Iran continuerait de poursuivre ses poursuites même après la fin de sa présidence.

Alqasimehr aurait également déclaré que l’Iran avait demandé qu’un « avis rouge » soit émis pour Trump et les autres, ce qui représente la demande d’arrestation la plus élevée émise par Interpol. Les autorités locales procèdent généralement aux arrestations au nom du pays qui le demande. Les avis ne peuvent pas forcer les pays à arrêter ou extrader des suspects, mais peuvent mettre les chefs de gouvernement sur place et limiter les déplacements des suspects.

Après avoir reçu une demande, Interpol se réunit en commission et examine s’il convient ou non de partager les informations avec ses États membres. Interpol n’a aucune obligation de rendre public ces avis, bien que certains soient publiés sur son site Web.

Interpol a par la suite publié un communiqué déclarant que ses directives concernant les avis lui interdisaient «toute intervention ou activité de nature politique».

Interpol « ne prendrait pas en considération les demandes de cette nature », a-t-il déclaré.

Brian Hook, le représentant spécial américain pour l’Iran, a rejeté lundi l’annonce du mandat d’arrêt lors d’une conférence de presse en Arabie saoudite.

« C’est un coup de propagande que personne ne prend au sérieux et rend les Iraniens stupides », a déclaré Hook.

Les États-Unis ont tué Soleimani, qui supervisait la Force expéditionnaire Quds des Gardiens de la révolution, et d’autres lors de la grève de janvier près de l’aéroport international de Bagdad. Elle est intervenue après des mois de tensions croissantes entre les deux pays. L’Iran a riposté avec une frappe de missiles balistiques visant les troupes américaines en Irak.

———

Les auteurs d’Associated Press Jon Gambrell à Dubaï, aux Émirats arabes unis et Angela Charlton à Paris ont contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

La Cour suprême donne au président plus de contrôle sur le Bureau de protection financière des consommateurs

Un couple de Blancs de Saint-Louis pointe des fusils sur des manifestants qui défilent devant le maire par leur manoir