in

Les meilleurs diplomates américains et iraniens à l’ONU sur l’accord nucléaire iranien

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif doivent prendre la parole lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la mise en œuvre de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015

Par

EDITH M. LEDERER et MATTHEW LEE Associated Press

30 juin 2020 à 09h43

4 min de lecture

4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

LES NATIONS UNIES —
Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo et le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammed Javad Zarif doivent prendre la parole mardi lors d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la mise en œuvre de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 – l’accord que l’administration Trump a retiré il y a plus de deux ans.

La réunion ouverte de longue date de l’organe le plus puissant de l’ONU intervient un jour après que l’Iran a émis un mandat d’arrêt et demandé à Interpol de l’aider à détenir le président Donald Trump et des dizaines d’autres qui, selon lui, ont mené la frappe de drones américaine qui a tué un Iranien de haut niveau le général Qassem Soleimani à Bagdad au début de l’année. Trump ne risque pas d’être arrêté et Interpol a déclaré plus tard qu’il ne tiendrait pas compte de la demande de l’Iran.

Cependant, les accusations soulignent les tensions accrues entre l’Iran et les États-Unis depuis que Trump a unilatéralement retiré l’Amérique de l’accord nucléaire avec les puissances mondiales en 2018 et réimposé des sanctions américaines paralysantes sur Téhéran.

Les cinq autres puissances qui ont signé l’accord sur le nucléaire – la Russie, la Chine, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne – restent attachées à cet accord, affirmant que l’accord est essentiel pour la poursuite des inspections par l’Agence internationale de l’énergie atomique et pour empêcher l’Iran de recourir aux armes nucléaires.

Une question clé lors de la réunion virtuelle du Conseil de sécurité de mardi devrait être une disposition de la résolution approuvant l’accord sur le nucléaire qui demande la fin de l’embargo des Nations Unies sur les armes contre l’Iran mi-octobre. L’administration Trump est farouchement opposée à la levée de l’embargo sur les armes.

Dans un rapport publié ce mois-ci, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que les Nations Unies avaient déterminé que l’Iran était à l’origine de plusieurs articles dans deux cargaisons d’armes saisies par les États-Unis et des débris laissés par les attaques contre les installations pétrolières saoudiennes et un aéroport international. .

Il a également déclaré que certains des articles saisis par les États-Unis en novembre 2019 et février 2020 «étaient identiques ou similaires» à ceux trouvés après les missiles de croisière et les attaques de drones contre l’Arabie saoudite en 2019.

L’administration Trump devrait s’appuyer sur les résultats pour faire valoir que l’on ne peut pas faire confiance à l’Iran et que l’embargo doit être prolongé.

L’administration a également cité le soutien continu de l’Iran aux procurations au Moyen-Orient, ainsi que ce que le chien de garde nucléaire des Nations Unies a trouvé être des violations iraniennes de l’accord. Les autorités américaines ont menacé d’exiger la réimposition de toutes les sanctions de l’ONU contre l’Iran à moins que l’embargo ne soit prolongé.

Les États-Unis ont diffusé un projet de résolution du Conseil de sécurité qui prolongerait indéfiniment l’embargo sur les armes et Pompeo devrait présenter le cas de l’administration mardi.

L’administration n’a obtenu que le soutien tiède de ses alliés, et les pays européens devraient présenter une contre-proposition qui prolongerait au moins une partie de l’embargo pendant six mois. Il n’est pas clair si les États-Unis ou la Russie et la Chine soutiendraient une telle proposition.

L’Iran a dénoncé avec véhémence l’effort américain et a déclaré que l’embargo devait être levé complètement comme prévu, et que toute violation de l’accord était due au retrait américain de l’accord et aux sanctions imposées à Téhéran. L’Iran de Zarif doit s’adresser au conseil peu de temps après le discours de Pompeo.

L’ambassadeur iranien aux États-Unis, Majid Ravanchi, a déclaré jeudi dernier que la résolution américaine de prolonger l’embargo sur les armes contre son pays serait rejetée et a averti que ce serait « une très, très grosse erreur » si Washington tentait ensuite de réimposer des sanctions des Nations unies.

Ravanchi a déclaré que le rétablissement des sanctions de l’ONU mettra fin à l’accord sur le nucléaire de 2015 et libérera Téhéran de tous ses engagements.

« Si cela se produit, l’Iran ne sera pas contraint quant à la marche à suivre », a-t-il déclaré aux journalistes. « Toutes les options pour l’Iran seront ouvertes. »

———

Lee a rapporté de Washington.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Avocat de Robert Fuller, homme retrouvé pendu dans une ville de Californie: département du shérif «très inquiet». fuit de «fausses informations»

Une femme de 72 ans se fait enculer plusieurs fois par un bison après s’être trop approchée