in

Un responsable afghan: une bombe et des mortiers tuent 23 civils au Helmand

Un communiqué d’un bureau du gouverneur de la province du sud de l’Afghanistan indique qu’au moins 23 personnes, dont des enfants, ont été tuées dans un attentat à la voiture piégée et au mortier sur un marché animé du sud de la province de Helmand

Par

RAHIM FAIEZ Associated Press

29 juin 2020 à 12h14

3 min de lecture

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Kaboul, Afghanistan —
Un attentat à la voiture piégée et des obus de mortier tirés sur un marché animé dans la province de Helmand, dans le sud de l’Afghanistan, ont tué lundi 23 personnes, dont des enfants, selon un communiqué du bureau du gouverneur de la province.

Tant les talibans que les militaires afghans se reprochent l’attaque dans le district de Sangin. Les détails de l’attaque signalée n’ont pas pu être confirmés de manière indépendante car la zone, qui est sous le contrôle des Taliban, est éloignée et inaccessible aux journalistes.

La déclaration du bureau du gouverneur, le général Mohammad Yasin, n’a pas fourni plus de détails et aucune responsabilité n’a été revendiquée pour l’attaque.

Un porte-parole des talibans, Qari Yusouf Ahmadi, a nié que les insurgés étaient impliqués dans l’attentat. Les talibans ont déclaré que les militaires avaient tiré des mortiers sur le marché tandis que les militaires ont déclaré qu’une bombe automobile et des obus de mortier tirés par les insurgés visaient les civils.

L’armée a également déclaré qu’il n’y avait pas d’activité militaire dans la région lundi et que deux combattants talibans avaient également été tués lorsque la voiture piégée a explosé sur le marché. Le bétail que les habitants vendaient sur le marché, les moutons et les chèvres, ont également été tués.

Un communiqué du palais présidentiel a déclaré que le président afghan Ashraf Ghani avait fermement condamné « l’acte brutal et inhumain » et a souligné que le fait de viser des civils, en particulier des enfants et des adultes, est contraire aux valeurs islamiques et humaines.

« Le gouvernement de la République islamique d’Afghanistan appelle une fois de plus les Taliban à s’abstenir de la guerre et de la violence et à accepter la volonté du peuple afghan, qui marque la fin de la guerre et le début des négociations », a indiqué le communiqué de Ghani.

Dans de récents rapports et déclarations, l’ONU a demandé aux deux parties au conflit de faire plus attention aux victimes civiles, affirmant qu’elles sont en augmentation.

Pourtant, la violence s’est poursuivie sans relâche en Afghanistan, même si les pourparlers entre les représentants des Taliban et de Kaboul pourraient commencer dès le mois prochain en juillet à Doha, au Qatar, où les Taliban ont un bureau politique.

L’un des obstacles au début des négociations a été l’échange de prisonniers, envisagé dans le cadre d’un accord que les talibans ont signé avec les États-Unis fin février. Cet accord – et les pourparlers afghans-talibans qui devaient suivre – sont considérés comme la meilleure chance de paix pour l’Afghanistan et une opportunité pour les troupes américaines et de l’OTAN de quitter le pays déchiré par la guerre après près de deux décennies de combats.

Les talibans disent que le gouvernement afghan a jusqu’à présent libéré 3 500 prisonniers talibans. L’accord américano-taliban prévoit la libération de 5000 prisonniers talibans par Kaboul. Il a également déclaré que les talibans devraient libérer 1 000 membres du gouvernement, y compris des militaires, qu’ils détiennent en captivité.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Un «Golden State Killer» soupçonné devant un tribunal devant des victimes et des familles socialement éloignées

Le remdesivir, un médicament COVID-19, pourrait coûter 3 120 $ pour certains patients américains