in

Les juges gouvernent l’administration Trump dans une affaire d’expulsion

La Cour suprême a statué que l’administration Trump peut expulser certaines personnes demandant l’asile sans leur permettre de présenter leur cas à un juge fédéral

Par

MARK SHERMAN Associated Press

25 juin 2020 à 14h14

3 min de lecture

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

WASHINGTON –
La Cour suprême a statué jeudi que l’administration Trump peut expulser certaines personnes demandant l’asile sans leur permettre de porter plainte devant un juge fédéral.

L’arrêt 7-2 de la Haute Cour s’applique aux personnes qui échouent à leurs premières demandes d’asile, ce qui les rend éligibles à une expulsion rapide ou à un renvoi accéléré.

Les juges ont statué dans le cas d’un homme qui a déclaré avoir fui la persécution en tant que membre de la minorité tamoule du Sri Lanka, mais n’a pas réussi à persuader les agents de l’immigration qu’il subirait un préjudice s’il retournait au Sri Lanka. L’homme a été arrêté peu de temps après avoir traversé la frontière américaine avec le Mexique.

La haute cour a infirmé une décision de la cour inférieure en faveur de l’homme, Vijayakumar Thuraissigiam, qui a été placé dans une procédure de renvoi accéléré qui interdit aux personnes qui échouent aux entretiens initiaux de demander beaucoup d’aide aux tribunaux fédéraux.

Depuis 2004, les responsables de l’immigration visent à expulser rapidement les sans-papiers qui sont ramassés à moins de 100 miles de la frontière américaine et dans les 14 jours suivant leur entrée dans le pays. L’administration Trump cherche à étendre cette autorité afin que les personnes détenues n’importe où aux États-Unis et jusqu’à deux ans après leur arrivée ici puissent être rapidement expulsées.

Mardi, une cour d’appel fédérale a rejeté la décision du juge de première instance qui avait bloqué la politique élargie. D’autres questions juridiques restent à résoudre dans l’affaire.

L’administration a fait du démantèlement du système d’asile une pièce maîtresse de son programme d’immigration, affirmant qu’il est en proie à des abus et débordé par des demandes sans fondement. Les changements incluent obliger les demandeurs d’asile à attendre au Mexique pendant que leurs affaires passent devant le tribunal de l’immigration américain, refuser l’asile à toute personne à la frontière mexicaine qui passe par un autre pays sans y avoir d’abord demandé la protection, et envoyer des Honduriens et des Salvadoriens au Guatemala avec la possibilité de chercher asile là-bas au lieu des États-Unis

Lundi, l’administration Trump a publié de nouvelles règles de procédure et de fond radicales qui rendraient beaucoup plus difficile l’obtention de l’asile, déclenchant une période de 30 jours pour les commentaires du public avant qu’ils ne prennent effet.

Les États-Unis sont devenus la première destination mondiale des demandeurs d’asile en 2017, selon les chiffres de l’ONU, dont beaucoup de familles mexicaines et d’Amérique centrale fuyant la violence endémique.

———

L’écrivain Associated Press Elliott Spagat à San Diego a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Que pensez-vous de cet article ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Esquivant le virus, les navires de la Marine battent un record pour rester en mer

De graves menaces météorologiques dans les prévisions pour le Midwest, le nord-est