in

Les stocks s’ouvrent plus bas à Wall Street alors que les cas de coronavirus augmentent

Les actions s’ouvrent à Wall Street, les investisseurs étant découragés de voir une augmentation des nouveaux cas de coronavirus aux États-Unis à leur plus haut niveau en deux mois

24 juin 2020 à 13h44

4 min de lecture

4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Les stocks s’ouvrent à Wall Street, les investisseurs étant découragés de voir une augmentation des nouveaux cas de coronavirus aux États-Unis à leur plus haut niveau en deux mois. Le S&P 500 a perdu 0,6% en début de séance mercredi. L’indice est toujours en hausse pour la semaine. Les marchés se sont rassemblés ces dernières semaines dans l’espoir que les États et régions des États-Unis dans le monde pourraient continuer à lever les verrouillages mis en place pour ralentir la progression du coronavirus. Les croisiéristes, qui souffriraient beaucoup si les restrictions de voyage étaient prolongées, ont été parmi les plus grands perdants des premiers échanges.

C’EST UNE MISE À JOUR D’ACTUALITÉ. L’histoire antérieure d’AP est ci-dessous:

Les marchés boursiers mondiaux ont baissé mercredi alors que l’on craignait une recrudescence des cas de coronavirus dans diverses parties du monde.

Alors que les données économiques pointent vers une reprise après les fermetures du printemps qui sont assouplies dans de nombreux pays, l’augmentation des nouvelles contagions fait craindre que des limites puissent devoir être réimposées dans certains cas sur l’activité commerciale et la vie publique.

On s’attend à ce que Wall Street glisse sur l’ouverture, avec les contrats à terme Dow en baisse de 0,8% et les contrats à terme S% P 500 s’échangeant de 0,7%. En Europe, le CAC 40 français a glissé de 1,6% à 4 935, tandis que le DAX allemand a baissé de 2% à 12 276. Le FTSE 100 britannique a perdu 2,2% à 6 182.

Plus tôt, en Asie, l’indice de référence japonais Nikkei 225 a reculé de moins de 0,1% pour terminer à 22 534,32. Le S & P / ASX 200 australien a augmenté de 0,2% à 5 965,70. Le coréen Kospi de Corée du Sud a ajouté 1,4% à 2 161,51. Le Hang Seng de Hong Kong a glissé de 0,5% à 24 781,58, tandis que le Shanghai Composite a ajouté 0,3% à 2 979,55.

Les analystes avertissent que, malgré les récents rebonds du marché, il n’y a que peu d’infections rassurantes qui ne continueront pas de se propager, étant donné le nombre croissant dans certaines régions des États-Unis, du Brésil et de l’Asie.

Prakash Sapal, économiste principal chez ING, a déclaré que l’accent se reportait lentement sur la pandémie COVID-19 de l’optimisme concernant un rebond de l’assouplissement des restrictions de verrouillage.

« La récente accélération des infections a ravivé la crainte que les gouvernements soient obligés de fermer à nouveau leurs économies, gaspillant ainsi les chances d’un rebond économique tant espéré », a-t-il déclaré dans un rapport.

Les investisseurs se sont récemment concentrés sur les perspectives de reprise économique alors que davantage d’entreprises rouvrent après leur fermeture en raison de la pandémie de coronavirus. Des données économiques encourageantes, notamment les ventes au détail et l’embauche, ont contribué à alimenter l’optimisme quant à la durée de la récession.

Le marché a continué de grimper au cours des dernières semaines, malgré des périodes de volatilité, alors même que la hausse des nouveaux cas de coronvairus aux États-Unis et dans d’autres pays obscurcit les perspectives d’un redressement économique alors que la pandémie se poursuit.

Aux États-Unis, les nouveaux cas de coronavirus ont atteint leur niveau le plus élevé en deux mois et sont maintenant revenus à leur niveau le plus élevé de l’épidémie.

Dans le monde, plus de 9,2 millions de personnes auraient contracté le virus, dont plus de 477 000 sont décédés, selon un décompte de l’Université Johns Hopkins. On pense qu’il sous-estime les chiffres réels en raison des limites des tests et de nombreux cas asymptomatiques.

Les investisseurs surveillent de près les données économiques pour déceler des signes de reprise après la pire récession mondiale depuis la Grande Dépression des années 1930. De nouvelles mises à jour sur l’économie américaine sont attendues vers la fin de cette semaine, lorsque le gouvernement publiera des données sur les dépenses de consommation, les demandes hebdomadaires d’aide au chômage et les commandes de biens durables.

Dans le commerce de l’énergie, le pétrole brut américain de référence a glissé de 77 cents à 39,60 $ le baril dans le commerce électronique sur le New York Mercantile Exchange. Il a chuté de 9 cents à 40,37 $ le baril mardi. Le brut Brent, la norme internationale, a chuté de 64 cents à 42,09 $.

Le dollar a baissé à 106,51 yens japonais contre 106,53 yens mardi. L’euro a coûté 1,1300 $, contre 1,1307 $.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Nouvelles évacuations d’incendies à l’ouest, intempéries à l’est

Une mère et son fils noirs s’expriment après s’être vu refuser le service au restaurant Baltimore