in

Avec un coup à Trump, Pelosi dévoile le nouveau projet de loi «Obamacare»

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, s’acharne sur le président Donald Trump alors qu’elle dévoile un plan visant à étendre la loi sur la santé à l’époque d’Obama

Par

RICARDO ALONSO-ZALDIVAR Associated Press

24 juin 2020 à 20h13

5 min de lecture

5 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

WASHINGTON –
La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a dévoilé mercredi un plan pour élargir «Obamacare», alors même que l’administration Trump est sur le point de déposer des arguments dans une affaire de la Cour suprême pour l’annuler.

Pelosi a annoncé un prochain vote au sol sur sa mesure, mettant en place un débat qui juxtaposera le principal problème politique des démocrates, les efforts incessants de Trump pour démanteler l’héritage d’Obama et la pandémie de coronavirus indomptée.

Jeudi, l’administration Trump devrait déposer des documents auprès de la Cour suprême faisant valoir que la Loi sur les soins abordables est inconstitutionnelle. Pelosi veut que son projet de loi soit déposé à la Chambre lundi.

Essayer de renverser une expansion de l’assurance maladie qui couvre environ 20 millions de personnes « a toujours eu tort », a déclaré Pelosi.

« Maintenant, c’est au-delà de la stupidité », a-t-elle ajouté. « Au-delà de la stupidité. »

Les cas de COVID-19 sont en augmentation dans les principaux États comme le Texas, la Floride et la Californie, et des millions de travailleurs qui ont perdu la couverture lors de l’arrêt économique pour contenir le virus peuvent s’appuyer sur la loi sur la santé comme sauvegarde.

La Maison Blanche a déclaré que Pelosi ne faisait que jouer à la politique. « Au lieu de replonger dans des jeux partisans, les démocrates devraient continuer à travailler avec le président sur ces questions importantes et veiller à ce que notre pays sorte de cette pandémie plus fort que jamais », a déclaré mercredi le porte-parole Judd Deere dans un communiqué.

La législation de Pelosi n’a aucune chance au Sénat sous contrôle républicain.

Son projet de loi augmenterait les subventions, permettant à plus de personnes de se qualifier pour la couverture de l’ACA. Cela réduirait financièrement certains États qui ont refusé d’étendre Medicaid en vertu de la loi sur la santé. Et cela permettrait à Medicare de négocier les prix des médicaments d’ordonnance – une position que Trump a autrefois privilégiée mais a ensuite abandonnée.

Cela annulerait également l’expansion par l’administration Trump des régimes d’assurance à court terme qui n’ont pas à couvrir les conditions médicales préexistantes, ce que les démocrates disent miner une réalisation centrale de l’ACA.

Les démocrates ont gagné le contrôle de la Chambre en 2018 sur leur défense de la loi sur les soins de santé. Depuis lors, cette chambre a voté sur la plupart des mesures du plan de Pelosi sous une forme ou une autre.

Mais, comme souligné dans une note de service le mois dernier dirigée par la présidente du Comité de campagne du Congrès démocratique Cheri Bustos, D-Ill., L’objectif plus large est de faire se tortiller les républicains.

« Les républicains à tous les niveaux possèdent l’attaque de ce procès contre les soins de santé des Américains », indique le mémo. « Ils seront tenus responsables de leur obsession à l’échelle du parti de plonger notre système de santé dans le chaos et de dépouiller les soins de santé de 20 millions d’Américains pendant une pandémie mondiale. »

La loi d’Obama est devenue plus populaire depuis l’effort infructueux de Trump pour l’abroger en 2017, lorsque les républicains contrôlaient à la fois la Chambre et le Sénat. En mai, un sondage de la Fondation non partisane de la famille Kaiser a révélé que 51% des Américains perçoivent favorablement «Obamacare» tandis que 41% ont une opinion défavorable.

Un sondage antérieur de Kaiser avait également révélé que près de 6 personnes sur 10 craignaient que leur personne ou un membre de leur famille ne perde sa couverture si la Cour suprême annulait la loi dans son intégralité ou ses protections pour les personnes souffrant de troubles médicaux préexistants.

Dans l’affaire portée devant la cour, le Texas et d’autres États dirigés par des conservateurs soutiennent que l’ACA a été essentiellement rendue inconstitutionnelle après que le Congrès a adopté une législation fiscale en 2017 qui a éliminé les amendes impopulaires de la loi pour ne pas avoir d’assurance maladie, mais a laissé en place son exigence selon laquelle pratiquement tous Les Américains ont une couverture.

Les États conservateurs ont fait valoir que l’élimination des amendes rendait le soi-disant mandat individuel de la loi inconstitutionnel. Le juge de district américain Reed O’Connor au Texas a accepté, ajoutant que le mandat était si central dans la loi que sans lui, le reste devait également tomber.

Le point de vue de l’administration Trump sur la loi a changé au fil du temps, mais elle a toujours soutenu la suppression des dispositions interdisant aux compagnies d’assurance de discriminer les personnes en raison de leurs antécédents médicaux. Néanmoins, Trump a assuré à plusieurs reprises aux Américains que les personnes souffrant de conditions préexistantes seraient toujours protégées. Ni la Maison Blanche ni les républicains du Congrès n’ont précisé comment.

Une cour d’appel fédérale de la Nouvelle-Orléans a jugé l’exigence d’assurance de la loi sur la santé inconstitutionnelle, mais n’a pris aucune décision sur des dispositions populaires telles que les protections pour les personnes souffrant de conditions préexistantes, l’expansion de Medicaid et la couverture pour les jeunes jusqu’à 26 ans dans les polices de leurs parents. Il a renvoyé l’affaire à O’Connor pour déterminer si d’autres parties de la loi peuvent être séparées de l’obligation d’assurance et rester en place.

Les États dirigés par des démocrates soutenant l’ACA ont fait appel devant la Cour suprême. On ne sait pas si le tribunal entendra les plaidoiries avant les élections de novembre. Une décision est peu probable avant l’année prochaine.

La cour a confirmé la loi à deux reprises, le juge en chef John Roberts ayant pris le parti des libéraux de la Cour en 2012, au milieu de la campagne de réélection d’Obama. La majorité qui a confirmé la loi à deux reprises reste sur le terrain.

———

L’auteur de l’Associated Press, Mark Sherman, a contribué.

Avatar

Ecrit par garconne

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Les détenus américains ont obtenu des contrôles anti-virus et l’IRS veut les récupérer

Rapport: l’Etat et l’aide locale nécessaires pour éviter 4 millions de licenciements