in

Une nouvelle loi lève le secret du dossier de plainte d’un officier Garner

Après des années de secret, une fuite et un récent changement dans la loi de l’État, le chien de garde de la police de New York a dévoilé lundi l’historique des plaintes concernant le policier licencié pour la mort en 2014 de Eric Garner

Par

MICHAEL R. SISAK Associated Press

22 juin 2020 à 18h40

4 min de lecture

4 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

NEW YORK —
Après des années de secret, une fuite controversée sur un site Web d’actualités et un récent changement dans la loi de l’État, l’agence de surveillance de la police de New York a dévoilé lundi l’historique des plaintes concernant le policier licencié pour la mort en 2014 d’Eric Garner.

Des documents montrant que l’ancien officier Daniel Pantaleo a fait l’objet de sept plaintes pour inconduite avant le décès de Garner ont été fournis à l’Associated Press par le Civilian Complaint Review Board en réponse à une demande en vertu d’une nouvelle loi de l’État rendant publics les dossiers disciplinaires de la police.

L’histoire des plaintes de Pantaleo a été révélée pour la première fois par le site Web défunt Think Progress en 2017 au milieu d’un différend juridique sur la question de savoir si les enregistrements pourraient être rendus publics. À l’époque, la loi de l’État protégeait les fichiers du personnel de police de toute divulgation. Un enquêteur du comité d’examen a démissionné après avoir été identifié comme le bailleur.

L’approche de cape et de poignard des dossiers a changé ce mois-ci lorsque les législateurs de l’État, stimulés par les protestations contre la mort de George Floyd à Minneapolis, ont modifié une loi qui, pendant des décennies, avait empêché les dossiers disciplinaires de la police de être rendus publics.

La Commission civile d’examen des plaintes a réagi rapidement pour répondre aux demandes de nouveaux documents disponibles. Lundi, l’agence a également fourni l’historique des plaintes de plusieurs autres agents récemment accusés de faute.

L’officier Vincent D’Andraia, qui a été accusé de voies de fait après qu’un spectateur l’ait enregistré poussant violemment un manifestant au sol le 29 mai, a déposé cinq plaintes au cours de ses cinq années de service. Le comité d’examen n’a justifié que l’un d’entre eux, à la suite d’un incident de fouille l’an dernier, et lui a recommandé de recevoir une formation supplémentaire.

L’officier Francisco Garcia, qui fait face à des accusations disciplinaires après une arrestation violente lors de l’application de la loi pour distanciation sociale le 2 mai, a fait l’objet de plaintes dans quatre affaires antérieures, dont aucune n’a donné lieu à des mesures disciplinaires. Une plainte déposée en décembre dernier selon laquelle Garcia avait utilisé un langage offensant lié au genre a été classée en raison d’un litige en cours.

Quant à Pantaleo, les allégations ont été corroborées dans deux des cas signalés à la commission d’examen et il a été condamné à deux jours de vacances en guise de punition pour un arrêt et un incident grave en juin 2012, selon le dossier.

Une autre plainte motivée adressée à la Commission civile d’examen des plaintes de la ville, résultant d’une fouille de véhicule en décembre 2011, a abouti à la condamnation de Pantaleo à recevoir une formation supplémentaire.

L’avocat de Pantaleo a refusé de commenter.

Les dossiers du comité d’examen ne reflètent pas nécessairement toutes les questions disciplinaires impliquant Pantaleo ou d’autres agents. Le NYPD, qui enquête également sur les plaintes par le biais de son bureau des affaires intérieures, n’a pas encore répondu à une demande de son dossier disciplinaire.

Le commissaire de police de l’époque, James O’Neill, a licencié Pantaleo en août dernier, plus de cinq ans après la mort de Garner, sur recommandation du juge administratif qui a présidé le procès disciplinaire de son département.

La vidéo de Bystander a montré Pantaleo, qui est blanc, enroulant son bras autour du cou de Garner, qui est noir, pendant environ sept secondes alors qu’ils se débattaient contre une vitrine en verre et tombaient sur un trottoir de Staten Island. Les policiers tentaient d’arrêter Garner pour avoir vendu des cigarettes non taxées.

Les halètements mourants de Garner de «Je ne peux pas respirer» sont redevenus un cri de ralliement parmi les militants de la réforme de la police après que Floyd ait fait écho à ces mots alors qu’un officier de Minneapolis lui pressait un genou dans le cou, menant à sa mort le mois dernier.

Pantaleo a rejoint les forces en 2006. Ce n’est qu’en 2009 qu’il a fait l’objet d’une plainte par une commission d’examen – une allégation non étayée selon laquelle il aurait refusé d’obtenir des soins médicaux pour quelqu’un. La dernière plainte avant le décès de Garner était une allégation non fondée de recours à la force en mars 2013.

——

Suivez Michael Sisak sur Twitter à twitter.com/mikesisak

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

La Maison Blanche affirme que Trump vient de plaisanter quand il a dit qu’il avait ordonné un ralentissement des tests COVID

Après le sombre retour de Trump, le jeu du blâme s’intensifie