in

Arabie saoudite: le Hajj verra au plus des milliers de personnes à cause du virus

Un responsable saoudien a déclaré que le pèlerinage du pèlerinage, qui attire généralement des millions de musulmans du monde entier, ne verra que le plus de «milliers» de pèlerins le mois prochain en raison de la pandémie de coronavirus

Par

AYA BATRAWY Associated Press

23 juin 2020 à 09h23

5 min de lecture

5 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Dubaï, Émirats Arabes Unis —
Un responsable saoudien a déclaré mardi que le pèlerinage du pèlerinage, qui attire généralement des millions de musulmans du monde entier, ne verra au plus « des milliers » de pèlerins que le mois prochain en raison de préoccupations concernant la propagation du coronavirus.

Le ministre du Hajj du royaume, Muhammad Benten, a déclaré qu’un nombre « petit et très limité » de personnes résidant déjà dans le royaume seront autorisées à effectuer le pèlerinage pour assurer l’éloignement social et le contrôle des foules au milieu de l’épidémie de virus dans le monde.

«Le nombre, si Dieu le veut, peut être des milliers. Nous sommes en train de procéder à une révision, ce pourrait donc être 1 000 ou moins, ou un peu plus », a déclaré Benten lors d’une conférence de presse virtuelle.

Au cours de la conférence de presse, des responsables saoudiens ont déclaré que personne de plus de 65 ans ne serait autorisé à effectuer le hadj et que tous les pèlerins et ceux qui servent les pèlerins cette année seront mis en quarantaine avant et après le pèlerinage.

«Il s’agit d’une opération très sensible et nous travaillons avec des experts du ministère de la Santé», a déclaré Benten, soulignant l’importance de protéger la vie et la santé des pèlerins.

Les musulmans du monde entier dans l’espoir d’un voyage unique à La Mecque pour effectuer le hadj devront maintenant attendre l’année prochaine, après que l’Arabie saoudite ait considérablement réduit le pèlerinage en raison de la pandémie.

Le royaume a déclaré lundi soir que seul un nombre très limité de pèlerins seraient autorisés à effectuer le hadj à La Mecque parmi les résidents de diverses nationalités déjà à l’intérieur du pays.

Alors que la décision de limiter considérablement le pèlerinage de cette année était largement attendue, elle reste sans précédent dans les 90 ans d’histoire de l’Arabie saoudite et empêche effectivement tous les musulmans de l’extérieur du royaume de s’y rendre pour effectuer le pèlerinage.

C’est un coup dur pour ceux qui ont attendu et économisé pendant des années pour se permettre le voyage. Le hajj est non seulement une exigence pour tous les musulmans de se préformer une fois dans sa vie, mais c’est aussi une chance d’effacer les péchés passés et de se connecter avec les musulmans de tous les horizons.

Le hadj attire généralement 2,5 millions de personnes de l’intérieur de l’Arabie saoudite et du monde entier. C’est une expérience profonde, avec les fidèles debout épaule contre épaule en prière, pleurant souvent, les paumes tendues vers le ciel pendant cinq jours intenses d’adoration autour de La Mecque.

Chaque pays se voit attribuer un quota spécifique de visas hajj en fonction de sa population de musulmans, l’Indonésie ayant la plus grande contingence avec près de 221 000 personnes. Dans des pays comme l’Égypte, le Pakistan et l’Inde, obtenir un créneau peut nécessiter des frais élevés, une connexion avec un responsable local ou tout simplement des années de patience.

Des responsables pakistanais ont déclaré que les autorités saoudiennes avaient été en contact pour les informer de la décision de limiter le pèlerinage de cette année. Le Pakistan envoie habituellement environ 180 000 pèlerins au hadj chaque année.

Au lieu de cela, le Pakistan a déclaré que ses diplomates déjà en Arabie saoudite représenteront le pays lors du pèlerinage de cette année, qui commence fin juillet.

Les frontières de l’Arabie saoudite sont fermées aux étrangers depuis fin février alors que le royaume tente de ralentir la propagation du virus. Le gouvernement a suspendu le petit pèlerinage de la Omra toute l’année plus tôt cette année, imposé un couvre-feu de près de trois mois sur 24 heures à La Mecque, fermé des mosquées pendant le mois sacré du Ramadan et restreint les entreprises.

Pourtant, l’Arabie saoudite a l’un des taux d’infection les plus élevés du Moyen-Orient, avec plus de 161 000 cas confirmés à ce jour, dont 1 307 décès.

Le virus provoque des symptômes légers à modérés chez la plupart des gens, qui se rétablissent en quelques semaines. Mais il est très contagieux et peut provoquer des maladies graves ou la mort, en particulier chez les patients plus âgés ou ceux ayant des problèmes de santé sous-jacents.

Le ministère saoudien du Hajj a déclaré que la décision de réduire le hadj visait à préserver la santé publique mondiale en raison des risques associés aux grands rassemblements.

Le gouvernement a déclaré que sa priorité absolue était de permettre aux pèlerins musulmans d’effectuer le hajj en toute sécurité. Il a également défendu sa décision pour des motifs religieux, affirmant que les enseignements de l’islam exigeaient la préservation de la vie humaine.

Le royaume a été confronté à de plus petites épidémies comme le virus MERS et avait pris des précautions en interdisant les pèlerins des pays africains frappés par le virus Ebola ces dernières années.

Il y a eu des perturbations majeures au cours du hadj ces dernières années, notamment une bousculade mortelle et un effondrement de grue en 2015 qui ont tué plus de 2500 personnes. En 1987, les forces de sécurité saoudiennes ont tué plus de 400 personnes, principalement des musulmans chiites, dans un affrontement déclenché par des pèlerins iraniens qui protestaient pendant le hadj.

La fermeture la plus spectaculaire de la Grande Mosquée de La Mecque a cependant eu lieu en 1979 lorsque des extrémistes religieux ont pris d’assaut le site le plus sacré de l’Islam, qui abrite la Kaaba en forme de cube vers laquelle les musulmans prient et circulent pendant le pèlerinage. Des milliers de fidèles ont été piégés à l’intérieur et des centaines ont été tués dans un siège qui a duré deux semaines.

———

L’auteur de l’Associated Press Munir Ahmed à Islamabad a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Un soldat américain, membre présumé d’un groupe suprémaciste blanc, accusé d’avoir comploté une attaque contre sa propre unité

Les manifestants tentent de renverser la statue d’Andrew Jackson près de la Maison Blanche