in

Trump menace les manifestants avant le rassemblement de Tulsa

Vendredi, le président Donald Trump, se préparant pour son premier rassemblement de campagne depuis des mois à Tulsa, en Oklahoma, a menacé tous les manifestants qui se présentent à l’extérieur ou tentent de perturber l’événement, en disant «ce sera une scène très différente» de la façon dont ils ont été traités à « New York, Seattle ou Minneapolis ».

« Tous les manifestants, anarchistes, agitateurs, pillards ou lowlifes qui vont en Oklahoma s’il vous plaît comprenez, vous ne serez pas traité comme vous l’avez été à New York, Seattle ou Minneapolis. Ce sera une scène très différente! » Trump a tweeté vendredi matin.

On ne savait pas exactement ce que Trump voulait dire ou ce qu’il pouvait faire pour mettre sa menace à exécution, mais il a pris un ton de plus en plus hostile envers les manifestants ces dernières semaines, plaçant cette fois les «manifestants» dans la même catégorie que les «anarchistes» «les pillards». et « lowlifes ».

Il a accusé « antifa » de violence lors des manifestations, sans preuves, et s’est vanté à plusieurs reprises de la façon dont la Garde nationale à Minneapolis a traité les manifestants comme un « couteau à couper le beurre ».

Un couvre-feu a été imposé à partir de jeudi soir jusqu’à samedi à 6 heures du matin, selon la police de Tulsa, citant des préoccupations concernant les groupes organisés venant dans la ville. Après le rallye, un autre couvre-feu sera en place jusqu’à 6 heures du matin dimanche. Le rallye commence à 19 h.

Le président Donald Trump parle lors d’une table ronde avec les gouverneurs sur la réouverture des petites entreprises américaines, dans la salle à manger d’État de la Maison Blanche, le 18 juin 2020, à Washington.

Le président Donald Trump parle lors d’une table ronde avec les gouverneurs sur la réouverture des petites entreprises américaines, dans la salle à manger d’État de la Maison Blanche, le 18 juin 2020, à Washington.Alex Brandon / AP

Le rassemblement de Trump était initialement prévu pour le vendredi 19 juin, connu sous le nom de Juneteenth, jour férié marquant la libération des dernières personnes encore asservies, plus de deux ans après la signature de la proclamation d’émancipation par le président Abraham Lincoln.

Dans un rare cas où il a reculé sous la pression, le président, après avoir déclaré s’être entretenu avec deux agents des services secrets noirs, a annoncé la semaine dernière qu’il reporterait le rassemblement pour le lendemain.

Les préoccupations concernant le rassemblement dépassent la race, car l’État est toujours aux prises avec un coronavirus et a récemment vu une augmentation du nombre de cas.

Les partisans du président Donald Trump font la queue pour assister au rassemblement de campagne de Trump près du BOK Center, site du rassemblement de demain, le 19 juin 2020 à Tulsa, Okla.

Les partisans du président Donald Trump font la queue pour assister au rassemblement de campagne de Trump près du BOK Center, site du rassemblement de demain, le 19 juin 2020 à Tulsa, Okla. Win Mcnamee / .

Trump, dans un autre tweet vendredi, a également confirmé qu’il considérait son rassemblement à Tulsa comme la relance de sa campagne de réélection, tweetant « De grandes foules et des lignes se forment déjà à Tulsa. Ma campagne n’a pas encore commencé. Elle commence samedi soir en Oklahoma!  »

Le rassemblement devrait attirer jusqu’à 100 000 partisans de Trump, dont certains s’étaient alignés devant le Bank of Oklahoma Center de 19 000 sièges à Tulsa, quelques jours avant le rassemblement.

Trump a affirmé cette semaine que plus d’un million de personnes avaient demandé des billets pour l’événement et sa campagne a exploré des lieux possibles pour une foule débordante.

Les partisans du camp du président Donald Trump à l’extérieur du BOK Center, le lieu de son prochain rassemblement, à Tulsa, Oklahoma, le 17 juin 2020.

Les partisans du camp du président Donald Trump à l’extérieur du BOK Center, le lieu de son prochain rassemblement, à Tulsa, Oklahoma, le 17 juin 2020.Lawrence Bryant / .

Le gouverneur républicain de l’Oklahoma, Kevin Stitt, a soutenu le rassemblement lorsqu’il a rencontré Trump à la Maison Blanche jeudi lors d’un événement sans rapport avec l’assistance gouvernementale aux petites entreprises.

Stitt a assuré que le rassemblement serait sûr même si le responsable de la santé de la ville a qualifié un événement comme le rassemblement de « facteur de risque énorme » pour la propagation du coronavirus.

«C’est une foule comme, je suppose, que personne n’a vue auparavant. Nous avons d’énormes, énormes demandes de billets, je pense, qui ne se sont probablement jamais produites politiquement auparavant », a déclaré Trump, se vantant de la demande de billets pour son premier rassemblement au milieu de la pandémie en cours et expliquant à Stitt l’une des raisons pour lesquelles sa campagne a choisi l’Oklahoma parce que le l’État a géré la pandémie «incroyablement bien».

« Nous sommes ravis de vous avoir », a déclaré Stitt à Trump. « Et comme vous l’avez dit, je ne sais pas si les gens ont attrapé cela, mais plus d’un million de personnes ont demandé des billets pour venir à cet événement, donc ça va être vraiment incroyable. »

La porte-parole de la campagne Trump, Erin Perrine, a déclaré à ABC News que la campagne « prend la santé et la sécurité des participants au rallye au sérieux et prend des précautions pour sécuriser le rallye », notamment en vérifiant la température des participants et en leur fournissant des masques et un désinfectant pour les mains.

Jordyn Phelps d’ABC News a contribué à ce rapport.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Les responsables de Tulsa annoncent des précautions avant le rassemblement «  sans précédent  » de Trump

Un officier impliqué dans la fusillade de Breonna Taylor sera renvoyé par la police de Louisville