in

L’évêque argentin reprend le travail alors que l’enquête sur les abus du Vatican se termine

Un évêque argentin proche du pape François est retourné travailler au bureau de l’administration financière du Saint-Siège alors qu’il faisait l’objet d’une enquête dans son Argentine natale et au Vatican pour des abus sexuels présumés.

Par

NICOLE WINFIELD Associated Press

15 juin 2020 à 16h06

3 min de lecture

3 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

ROME —
Un évêque argentin proche du pape François est retourné travailler au bureau de l’administration financière du Saint-Siège alors qu’il faisait l’objet d’une enquête dans son Argentine natale et au Vatican pour de prétendus abus sexuels.

Le porte-parole du Vatican, Matteo Bruni, a confirmé que l’évêque Gustavo Zanchetta avait repris le travail au bureau du patrimoine de l’APSA, mais a déclaré que cela n’entraverait en rien les enquêtes. Il a ajouté que Zanchetta était toujours à la disposition des autorités judiciaires argentines.

Les développements sont intervenus lorsque Francis a nommé lundi un nouveau numéro 2 au bureau, un profane et auditeur italien, Fabio Gasperini.

Le Vatican en janvier 2019 a déclaré que Zanchetta s’abstiendrait de son poste d ‘«évaluateur» de l’APSA, le poste n ° 3, en attendant le résultat d’une enquête préliminaire sur les allégations.

Zanchetta a été officiellement accusé en Argentine d ‘ »abus sexuels continus aggravés » de deux séminaristes à Oran, à environ 1 600 kilomètres au nord-ouest de Buenos Aires, à partir de 2016. Il a nié les accusations.

Il fait également face à une enquête canonique au Vatican. Alors que ces sondes attendent généralement le résultat de toute enquête laïque, l’avocat de Zanchetta, Javier Belda, a déclaré à l’Associated Press que l’enquête du Vatican sur Zanchetta était « presque terminée ».

Dans un courriel, Belda a déclaré que l’enquête s’était terminée en décembre, mais avait ensuite été retardée et compliquée par l’épidémie de coronavirus, qui a fermé le Vatican pendant près de trois mois. Il a déclaré que lui et Zanchetta étaient «confiants quant au résultat des procédures dans les deux forums».

« Nous sommes pleinement convaincus que ce long processus judiciaire servira à réhabiliter le nom de Mgr Zanchetta et à renforcer la justice, car s’il est juste de protéger les victimes, il est également juste de dispenser ceux qui ont été faussement accusés », a-t-il déclaré.

Francis a accepté la démission de Zanchetta en août 2017 après que des prêtres d’Oran se soient plaints de ce qu’ils disaient être son régime autoritaire. En outre, un ancien vicaire, un recteur de séminaire et un autre prélat ont fourni au Vatican des informations faisant état d’abus de pouvoir, de comportements inappropriés et de harcèlement sexuel de séminaristes adultes.

Francis a créé un nouvel emploi pour Zanchetta à l’APSA plus tard cette année. Après l’éclatement du scandale, le Vatican a déclaré début 2019 que Zanchetta n’était confronté à des problèmes de «  gouvernance  » qu’au moment de sa démission et de sa nomination brutales en 2017 au Vatican, et que la première allégation d’agression sexuelle n’avait été formulée que fin 2018.

Les témoignages des prêtres d’Oran et les documents obtenus par le journal local Tribune de Salta suggèrent cependant que le Vatican était au courant des allégations de comportement sexuel inapproprié de Zanchetta deux ans avant sa démission.

L’affaire Zanchetta était particulièrement grave pour Francis, étant donné qu’elle a éclaté en même temps que le pape argentin défendait un évêque chilien accusé de couvrir le plus célèbre agresseur du pays.

———

Cette histoire a été corrigée pour montrer que Zanchetta est un évêque, pas un archevêque.

Avatar

Ecrit par garconne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Comment une femme est montée à bord d’un vol Delta sans carte d’embarquement ni carte d’identité

Pékin se prépare à une éventuelle deuxième vague d’infections à coronavirus