in

Que signifient des termes tels que racisme systémique, microagression et fragilité blanche?

Racisme systémique. Privilège blanc. Racisme institutionnel. Microagression. Fragilité blanche.

Alors que les manifestants dénoncent et demandent que les formes de racisme profondément enracinées soient éliminées, les phrases couramment entendues dans le jargon d’un mouvement populaire devenu mondial sont devenues partie intégrante du dialogue général.

Mais que signifient ces termes?

Comprendre ces termes et leur signification est important, disent les experts en sociologie et afro-américains, pour quiconque espère être un allié significatif dans la lutte contre le racisme.

« Pour beaucoup trop de Blancs, s’il n’y a pas un homme boogey qui peut être signalé et forcé de s’excuser, alors le racisme n’existe pas », a déclaré Mark Anthony Neal, professeur d’études africaines et afro-américaines à l’Université Duke. « Si vous êtes un allié blanc, vous écoutez les messages et vous retournez vers votre peuple, votre entreprise, votre institution, votre père et vous partagez ce que vous avez appris et entendu. Je n’ai pas besoin que vous ressentiez ma douleur dont j’ai besoin vous devez avoir une influence auprès de ceux qui sont responsables de ma douleur pour aider à résoudre les problèmes.  »

Voici une ventilation des phrases de ceux qui cherchent à démanteler le racisme.

Racisme systémique: Fait référence aux règles, pratiques et coutumes autrefois ancrées dans la loi. Ceux-ci peuvent avoir changé au fil du temps, entraînant une façade d ‘ »égalité », mais les effets résiduels se répercutent dans l’ensemble des systèmes sociétaux, a déclaré Andra Gillespie, professeur agrégé de science politique et directeur du James Weldon Johnson Institute à Emory University.

Par exemple, alors que la délimitation – une pratique multiforme de refuser des services financiers, gouvernementaux et autres aux personnes dans certains quartiers ou communautés en raison de la race ou de l’ethnicité – est illégale, les maisons dans ces communautés, en raison de cette pratique de longue date , n’ont souvent pas apprécié au même rythme que dans les banlieues blanches, ont déclaré des experts en sociologie et en politique. Cela signifie que, lorsque les personnes de couleur qui vivent dans des communautés délimitées se préparent à vendre leur maison, elles reçoivent beaucoup moins de revenus et ont beaucoup moins de capitaux à mobiliser.

De plus, ces communautés ont tendance à avoir une assiette fiscale plus faible et, par conséquent, leurs écoles ont moins de ressources pour éduquer les enfants de couleur. Cela met les enfants de ces communautés derrière leurs pairs blancs académiquement, ont déclaré à ABC News des experts en épidémiologie, sociologie et études afro-américaines.

La redlining représente le racisme systémique dans la mesure où «il y a eu collusion entre différents systèmes – suppression des ressources par les systèmes financiers, désinvestissement par les gouvernements municipaux, négligence bénigne, les banques ont dû être impliquées, agents immobiliers. racisme « , a déclaré Zinzi Bailey, épidémiologiste social à l’Institut Jay Weiss pour l’équité en santé de l’École de médecine Miller de l’Université de Miami au Sylvester Comprehensive Cancer Center.

Séparer les gens de cette manière permet de refuser plus facilement certains codes postaux et certaines ressources du quartier telles que les épiceries, les pistes cyclables, les transports en commun et plus encore en faisant valoir que ces résidents n’ont pas besoin ou ne peuvent pas soutenir financièrement de telles commodités, alors pourquoi même pris la peine de les construire, a déclaré Bailey.

Certains experts soulignent le quartier de Baltimore où, Freddie Gray, a été arrêté en avril 2015, a subi une blessure à la colonne vertébrale en garde à vue et est décédé comme un exemple de l’impact du racisme systémique. Gray a été arrêté à Gilmore Homes, un complexe de logements sociaux dans sa communauté. C’est un domaine qui, selon les militants, manquait d’options d’épicerie adéquates, de transports en commun suffisants vers d’autres parties de la ville, avait des écoles publiques avec moins de ressources et un plus grand nombre d’élèves avec un déjeuner gratuit et réduit et, à l’époque, une présence policière accrue .

Un homme traverse la cour devant son appartement dans les maisons Gilmor avec deux de ses six enfants, un an après la mort de Freddie Gray, le 19 avril 2016, à Baltimore.

Un homme se promène dans la cour devant son appartement dans les maisons Gilmor avec deux de ses six enfants, un an après la mort de Freddie Gray, le 19 avril 2016, à Baltimore.Chip Somodevilla / ., FILE

Les experts en sociologie, en politiques publiques et en études afro-américaines affirment à bien des égards que le racisme systémique est comme une grande toile d’araignée – chaque coin et chaque fibre représentant le gouvernement et les systèmes sociaux – tous soutenant l’intégrité globale du web.

Démanteler « le racisme systémique signifie examiner des systèmes qui reproduisent le racisme, l’application des lois, l’immobilier, l’éducation, la santé, tout cela », a déclaré Neal.

Racisme structurel– Le terme fait référence à «un système dans lequel les politiques publiques, les pratiques institutionnelles, les représentations culturelles et d’autres normes fonctionnent de diverses manières, renforçant souvent les moyens de perpétuer l’inégalité des groupes raciaux. Il identifie les dimensions de notre histoire et de notre culture qui ont accordé des privilèges associés à «blancheur» et inconvénients associés à la «couleur» pour perdurer et s’adapter au fil du temps. Le racisme structurel n’est pas quelque chose que peu de gens ou d’institutions choisissent de pratiquer. Il a plutôt été une caractéristique des systèmes sociaux, économiques et politiques dans lesquels nous tous existent, « selon la table ronde de l’Institut Aspen sur le changement communautaire.

Le racisme structurel fait référence à l’interdépendance d’une institution à l’autre, a déclaré Alyasah Sewell, professeure agrégée de sociologie à l’Université Emory et directrice fondatrice de The Race and Policing Project. Cela fonctionne comme les sections d’une toile d’araignée, chacune touchant la suivante, a-t-elle déclaré.

« C’est lorsque les enfants noirs sont placés de manière disproportionnée dans des classes d’éducation spéciale, deviennent ennuyeux par ennui, sont expulsés de l’école, puis ils sont criminalisés en tant qu’adultes », a déclaré Sewell. « Une fois que vous êtes dans cet espace d’être en prison, il vous enferme dans une trajectoire de vie de compétition pour les ressources. Une fois que vous avez la marque d’un criminel, il envahit tous les aspects de votre vie. Vous ne pouvez pas obtenir un appartement ou un emploi. »

Le racisme structurel se joue actuellement dans la façon dont les personnes de couleur qui composent de manière disproportionnée l’armée invisible de travailleurs – tous maintenant considérés comme « essentiels » pour aider la réouverture de la nation sont touchés, a déclaré Bailey.

« Nous sommes en mesure de voir des différences dans la façon dont les gens sont valorisés », a déclaré Bailey, qui a co-écrit un article de 2017 dans The Lancet examinant les inégalités en matière de santé raciale.

Racisme institutionnel Si le racisme systémique est la grande toile d’araignée, et le racisme structurel les sections du Web qui se touchent, alors le racisme institutionnel est le fil conducteur qui circule, disent les experts. C’est le racisme qui se produit au sein des institutions sociales et gouvernementales et se réfère au blocage des personnes de couleur de la distribution des ressources d’une manière systématique qui profite aux blancs, a déclaré Sewell.

Le terme vient du mouvement radical noir des années 60 et a été utilisé par l’activiste Stokely Carmichael, qui sera plus tard connu sous le nom de « Kwame Ture » et le sociologue Charles V. Hamilton dans « Black Power: The Politics of Liberation ».

En application, cela pourrait ressembler à un prêteur facturant un étudiant noir cherchant à acheter sa première voiture afin qu’il puisse avoir un transport vers un emploi mieux rémunéré à un taux d’intérêt beaucoup plus élevé qu’un jeune client blanc, a déclaré Sewell. En conséquence, la cliente noire verra moins de son chèque de ce nouvel emploi, disposera de moins d’argent pour payer les frais de scolarité et sera forcée de travailler plus d’heures pour pouvoir payer la note que son camarade de classe blanche, ce qui lui enlèvera du temps de ses études. et la mettre derrière académiquement.

Les pratiques de prêts prédateurs qui ciblaient les minorités et leurs communautés dans les années 1990 avec des frais, des structures de paiement et des taux d’intérêt disproportionnés ont alimenté la vague de saisies pendant la crise du logement aux États-Unis en 2008, ont révélé plus tard des recherches d’organisations telles que l’Université de Princeton.

Les règles militaires, depuis révisées pour plusieurs branches, qui ont interdit les coiffures telles que les locs, les cornrows et les tresses sont également un exemple de racisme institutionnalisé, a déclaré Gillespie.

Une recrue du Corps des Marines se fait couper les cheveux pendant les premières heures de sa formation à Parris Island, en Caroline du Sud.

Une recrue du Corps des Marines se fait tondre les cheveux pendant les premières heures de sa formation à Parris Island, en Caroline du Sud.Wally Mcnamee / Corbis via .

« Il ne s’agissait peut-être pas de discrimination, mais il ne tient pas compte de cette différence dans la texture des cheveux », a déclaré Gillespie. « L’enfant qui porte des dreadlocks n’est pas pénalisé de la même manière que son camarade de classe. Il s’agit d’établir des règles qui ont un impact disparate sur les personnes de couleur. »

Les impacts du racisme institutionnel commencent dès la naissance d’un enfant de couleur, et même lorsque cet enfant est dans l’utérus, selon les experts.

«Le racisme institutionnel se traduit par des données montrant les écarts raciaux dans tous les systèmes. Pour les enfants et les familles, il affecte l’endroit où ils vivent, la qualité de l’éducation qu’ils reçoivent, leur revenu, les types de nourriture auxquels ils ont accès, leur exposition aux polluants, qu’ils aient ou non l’accès à un air pur, à de l’eau propre ou à un traitement médical adéquat, et les types d’interactions qu’ils ont avec le système de justice pénale « , selon Frank Porter Graham Child Development Institute de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, qui a examiné l’impact de telles pratiques sur les enfants.

Privilège blanc Selon l’Institut Aspen, «le privilège des blancs, ou« privilège des blancs accumulés historiquement », comme nous l’avons appelé, fait référence aux avantages historiques et contemporains des blancs en matière d’accès à une éducation de qualité, à des emplois décents et à des salaires décents, à l’accession à la propriété, aux prestations de retraite, la richesse et ainsi de suite.  »

Le privilège blanc existe quel que soit le statut socio-économique de cette personne, ont déclaré des experts en sociologie.

« C’est un avantage conféré aux Blancs dans une gamme de structures différentes qui privilégie leur valeur et leur réception différemment d’une personne de couleur », a déclaré Bailey. « L’avantage qui est conféré à ces gens indépendamment de leur statut économique individuel ou de leur histoire. Toutes choses étant égales par ailleurs, il y a un avantage à être blanc. Oui, vous avez peut-être eu un statut socio-économique inférieur, mais un Noir rencontrera des inconvénients structurels que vous ne ferez pas. Oui, vous avez travaillé dur, mais notre société vous a également plus valorisé.  »

Des experts disent qu’un exemple récent et largement condamné du privilège des blancs a été lorsqu’Amy Cooper, qui est blanche, et promenait son chien sans laisse dans Central Park à New York « Ramble », a appelé la police et a faussement affirmé que Christian Cooper, qui est noir et observait les oiseaux, était « un homme afro-américain qui menaçait ma vie ».

Christian Cooper affiche un enregistrement vidéo d’Amy Cooper sur son smartphone dans Central Park à New York le 27 mai 2020.

Christian Cooper affiche un enregistrement vidéo d’Amy Cooper sur son smartphone dans le Central Park de New York le 27 mai 2020.Brittainy Newman / New York Times via Redux

Bien qu’elle se soit excusée plus tard, à ce moment-là, les experts ont déclaré qu’elle tirait parti d’une histoire de privilèges en tant que femme blanche et s’appuyait sur un faux récit d’être particulièrement vulnérable aux attaques prédatrices des hommes noirs.

« Le privilège des blancs concerne vos angles morts », a déclaré Gillespie. « Le privilège est né d’un système hiérarchique où certaines personnes ont plus d’avantages que d’autres. Ils font des trucs comme » Je n’aime pas cette conversation sur la laisse de mon chien, alors je vais appeler NYPD et jouer la demoiselle blanche en détresse.  »  »

Le privilège des blancs se joue également d’autres manières plus subtiles – en particulier dans les espaces d’entreprise, a déclaré Gillespie, soulignant des cas où ceux qui ont accès aux collèges d’élite et aux clubs sociaux grâce à un héritage familial construit à une époque où les personnes de couleur n’étaient pas autorisées accéder, puis utiliser ces connexions pour aider leurs enfants, leurs amis et les enfants de leurs amis à trouver des connexions et des emplois.

« Si vous avez obtenu un emploi ou une connexion dans des espaces qui étaient de facto séparés, vous pourriez penser que vous l’avez en quelque sorte mérité d’une manière plus méritante que quelqu’un qui a obtenu un poste grâce à une action positive », a déclaré Gillespie. « C’est un privilège blanc. »

« Le privilège des Blancs ne se soucie pas du type de masque à porter ou s’il doit en porter un, car le coronavirus n’affecte pas autant votre communauté. Ou ne vous inquiétez pas de vous faire tirer dessus par les flics si vous êtes arrêté. Ou de ne pas avoir de penser à quelqu’un qui vous suit dans le magasin. Le privilège des blancs n’est pas que les blancs n’ont pas de problèmes et que les noirs ont tout le problème « , a-t-elle déclaré. « C’est que les noirs ont des défis uniques et historiques tous liés à la couleur de leur peau. »

Fragilité blanche Fait référence à la réaction émotionnelle négative de certains Blancs lorsque le racisme à divers niveaux est porté à leur attention par des personnes de couleur, ont déclaré des experts en sociologie et en études afro-américaines.

« La fragilité des blancs est basée sur le fait que les personnes de couleur doivent exprimer leurs sentiments et leurs sentiments pour le confort des blancs », a déclaré Bailey. « Lorsque vous essayez de décrire un système dans lequel il y a des inégalités, les gens commencent à pleurer et à parler de leur expérience et cela fait obstacle aux personnes de couleur qui la partagent avec des blancs parce qu’ils ne peuvent pas le gérer. »

Bien qu’il soit normal de se sentir bouleversé face à des vérités et des perspectives inconfortables, la fragilité des blancs soutient le racisme car elle modifie la dynamique du pouvoir de manière insidieuse, a déclaré Neal. Tout d’un coup, la conversation devient moins sur ce que la personne de couleur a vécu, mais la réaction de la personne blanche, et, ce faisant, est une tentative de saper la validité de l’expérience de la personne de couleur.

« C’est l’ensemble » Je ne peux pas croire que vous m’ayez accusé de cela. Je ne suis pas un raciste « . Cela oblige les Noirs à occuper des postes de défense à cause des sentiments blessés des Blancs », a déclaré Neal. « Ce que vous finissez par gérer, c’est leur chagrin et leur traumatisme qui deviennent un problème plus important. Si vous êtes un Afro-Américain qui soulève des problèmes de racisme ou de discrimination, vous devez toujours considérer comment les Blancs vont réagir, puis comment les gens réagissent à cela. réaction. »

La fragilité des blancs peut avoir un impact particulièrement négatif sur le travail et les espaces sociaux, selon les experts.

Lorsqu’une personne de couleur est confrontée à ses expériences de racisme, la fragilité du blanc peut se manifester par «Oh, elle était si agressive et si peu professionnelle. Je ne pense pas qu’elle soit une bonne personne ici »et a donc des effets de représailles pour l’emploi de quelqu’un», a déclaré Bailey, ajoutant: «Nous ne devrions pas avoir à nous soucier du confort des Blancs. Nous ne devons pas limiter la justice basée sur le confort des blancs. La fragilité des blancs est ce sentiment inhérent que vous devez prendre soin des blancs et de leurs sentiments.  »

Microagression Cela fait référence aux «violences raciales quotidiennes qui s’accumulent et font qu’une personne se sent marginalisée», a déclaré Gillespie.

La microagression peut se manifester de multiples façons dans les interactions et la communication quotidiennes sous la forme de «petites actions commentaires sournois ou expressions sournoises qui montrent leur valeur dans une structure», a ajouté Gillespie.

Par exemple, cela peut présenter comme ne répondant pas directement à un collègue noir qui a soulevé une question dans un chat ou une réunion par e-mail et orientant plutôt votre réponse vers quelqu’un d’autre qui est blanc ou perçu comme moins difficile à vos croyances, a déclaré Neal.

Cela peut également se produire lorsqu’une personne de couleur est délibérément laissée de côté pour ces chaînes de messagerie ou réunions, a-t-il ajouté, ainsi que d’autres experts. C’est lorsque le manager blanc emmène certains membres du personnel pour des cocktails afterwork et n’invite jamais le membre du personnel de couleur.

Le problème du manque de diversité dans les milieux de travail se pose également par le biais de la micro-agression également, ont déclaré des experts, soulignant que lorsqu’il s’agit d’acquérir de l’expérience acquise auprès d’entreprises appartenant à des minorités ou ciblées ou de fréquenter des collèges et universités historiquement noirs, parfois cette expérience est considérée comme en quelque sorte moins valable.

Un panneau affiche les premières heures de fermeture de la formation sur les préjugés raciaux dans un café Starbucks à Philadelphie, le 29 mai 2018.

Un panneau affiche les premières heures de fermeture de la formation sur les préjugés raciaux dans un café Starbucks à Philadelphie, le 29 mai 2018.Bloomberg via .

« Au cours d’un processus d’embauche, vous pouvez embaucher un certain nombre de candidats différents. Ces panneaux d’embauche sont généralement principalement blancs, peut-être une personne symbolique de couleur. Ils auront deux candidats l’un blanc, l’autre une personne de couleur, tous deux également qualifiés . Vous entendrez que l’autre personne « n’est pas seulement la bonne personne pour notre organisation » « , a déclaré Bailey, ajoutant: » C’est une micro-agression que beaucoup de gens de couleur vivent chaque jour. Ensuite, pour la seule personne de couleur dans la pièce, c’est à eux qu’il incombe de dire: «Qu’est-ce que tu veux dire qui ne convient pas?

« Et puis ils se demandent » pourquoi n’avons-nous pas un personnel diversifié?  »  »

Les microagressions se produisent également dans d’autres espaces tels que les salles de classe, les diffusions télévisées, les bars et d’autres endroits, ont déclaré des experts. Ils soulignent que demander d’où vient vraiment une personne de couleur, confondre constamment une personne de couleur avec une autre ou suggérer qu’elle ressemble à une autre personne de couleur et s’attendre à ce qu’une personne de couleur sonne d’une certaine manière sont tous courants microgressions.

Gillespie a déclaré que les microagressions courantes incluent « ne pas parler aux personnes de couleur dans le couloir ou dans les réunions lorsque vous parlez aux autres. Dire à une personne noire, » vous êtes tellement articulé « . Dire à quelqu’un d’origine asiatique-américaine ou LatinX que «vous parlez si bien l’anglais». Si vous êtes un enseignant qui fait des références au basket et regarde toujours le gamin noir.  »

« L’exemple de la fille noire de la téléréalité qui va être un » fauteur de troubles « , saisissant votre sac à main dans un magasin lorsqu’un adolescent noir passe, ce sont tous des microagressions », a déclaré Gillespie.

Blanc-splaining dans ce contexte, c’est « quand une personne blanche revendique une expertise sur les questions raciales à une personne de couleur », a déclaré Gillespie.

Alors que les Américains descendent dans la rue pour protester contre le meurtre de George Floyd alors qu’il était en garde à vue à Minneapolis, les entreprises américaines utilisent maintenant ce moment national pour dénoncer le racisme et s’engager à renouveler leur engagement envers la diversité et l’inclusion.

Cependant, il existe des dangers dans cette approche en fonction de la façon dont ces messages sont formulés, ont déclaré des experts. Alors que les PDG continuent de publier des déclarations formulées avec fermeté condamnant le racisme et annonçant des initiatives de plusieurs millions de dollars pour faire avancer la cause de la diversité, l’arrestation et la mort de Floyd ont renouvelé l’examen du manque de diversité au sein des c-suites des entreprises américaines.

« Tout le monde a besoin d’une déclaration sur la diversité. Certaines personnes font des déclarations alors qu’elles n’ont pas écouté », a déclaré Gillespie.

Les agents du département de police de Los Angeles suivent un cours pour apprendre à reconnaître les préjugés inconscients et comment ils peuvent avoir un impact sur les comportements dans la rue lors d’un cours au Museum of Tolerance de Los Angeles, le 11 février 2015.

Les agents du département de police de Los Angeles prennent une classe pour apprendre à reconnaître les préjugés inconscients et comment ils peuvent avoir un impact sur les comportements dans la rue lors d’une classe au Museum of Tolerance de Los Angeles, le 11 février 2015.Damian Dovarganes / AP, FILE

Sur le plan interpersonnel, la séparation des blancs se produit lorsqu’une « personne blanche essaie d’expliquer l’expérience vécue à une personne de couleur, un mépris total qui se manifeste de la manière qu’ils n’ont pas écouté », a déclaré Gillespie. Un exemple est quand il y a « des réunions où il y a des experts clairs dans la salle sur des sujets ou sur la race, ces experts sont ignorés » et quelqu’un de blanc sans ce fond explique le problème.

La séparation des blancs, a-t-elle dit, c’est « quand les blancs parlent d’arrogance et de manque d’humilité et qu’une partie de cela est la domination. Ils ont l’habitude d’être dominants et ils exercent cette domination sur la personne de couleur ».

Souvent, le Blanc divise son expertise en expliquant qu’il sait de quoi il parle parce qu’il « élève un enfant noir, marié à un conjoint noir, a un ami ou des amis noirs. Ce sont toutes des excuses et une tentative de tampon. Ils le soulignent comme un insigne d’honneur et un marqueur de son libéralisme « , a déclaré Gillespie.

« Pour certaines personnes, ils ne réalisent pas que leur arrogance revêt le statut qu’ils incarnent », at-elle ajouté.

Alors que de nombreux Américains travaillent pour confronter les effets du racisme sur leur vie de manière systémique et individuelle plus large, il est important d’être ouvert à la réflexion sur soi et à apprendre davantage des autres – en particulier des expériences vécues par des personnes de couleur, de sociologie et d’experts en études afro-américaines. a déclaré à ABC News.

« Mettez-vous au défi avec des écrits difficiles. Si vous êtes dans un espace où vous êtes en position de pouvoir, essayez d’écouter plus que vous ne parlez », a déclaré Gillespie. « C’est définitivement un temps d’écoute, de réflexion et d’intentionnalité. Personne ne demande à personne de marcher sur des coquilles d’œufs. Si vous êtes quelqu’un qui a l’impression de marcher dans un espace comme le sien, demandez-vous si vous pensez que vous pouvez le faire à cause de la privilèges que vous avez et à cause de votre blancheur. Si quelqu’un vous fait remarquer quelque chose, soyez prêt à poser des questions si vous ne comprenez pas. Mais soyez également prêt à recevoir la critique.  »

Avatar

Ecrit par garconne

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

Des millions de règlements de procès représentent un autre coût caché de l’inconduite policière, selon des experts juridiques

La nouvelle épidémie de virus en Chine souligne la menace persistante