in

Les sanctions américaines imminentes ébranlent la Syrie et accélèrent la crise économique

Beyrouth –
Dans des scènes qui n’ont pas été vues depuis des années dans les régions contrôlées par le gouvernement de la Syrie, des dizaines d’hommes et de femmes ont défilé dans les rues cette semaine, pour protester contre une forte augmentation des prix et l’effondrement de la monnaie, certains appelant même à la chute du président Bashar Assad et de son parti Baath au pouvoir.

« Celui qui affame son peuple est un traître », ont scandé certains manifestants lors de la manifestation dans la ville de Sweida, dans le sud du pays.

En Syrie, de nos jours, on craint que toutes les portes se ferment. Après près d’une décennie de guerre, le pays s’effondre sous le poids de sanctions occidentales de plusieurs années, de la corruption et des luttes intestines du gouvernement, d’une pandémie et d’un ralentissement économique aggravé par la crise financière au Liban, principal lien de la Syrie avec le monde extérieur.

La Syrie est confrontée à un isolement presque complet alors que les sanctions américaines les plus sévères commencent à entrer en vigueur la semaine prochaine. Alors qu’Assad a peut-être gagné la guerre militaire contre ses adversaires avec l’aide de ses alliés la Russie et l’Iran, il fait maintenant face à un défi encore plus grand de gouverner alors que plus de 80% de son peuple vit dans la pauvreté.

Dans les zones contrôlées par le gouvernement, les prix augmentent plusieurs fois par jour, obligeant de nombreux magasins à fermer, incapables de faire face au chaos. Cette semaine, la devise syrienne a chuté à un record de 3 500 livres sterling sur le marché noir – contre 700 au début de l’année. Certaines denrées de base comme le sucre, le riz et les médicaments deviennent difficiles à trouver.

«L’économie syrienne est devenue incontrôlable et le régime ne peut plus contrôler la livre syrienne», a déclaré Osama Kadi, un conseiller économique syrien basé au Canada.

La douleur devrait augmenter sous les nouvelles sanctions américaines, dont Washington dit qu’elles visent à punir Assad et ses principaux lieutenants pour les crimes commis pendant le conflit du pays.

En effet, les sanctions empêchent quiconque dans le monde de faire des affaires avec des responsables syriens ou des institutions publiques ou de participer à la reconstruction du pays ravagé par la guerre. Ils visent également toute personne impliquée dans la contrebande en Syrie, principalement en provenance d’Irak et du Liban.

Les États-Unis ont déjà imposé des sanctions à Assad et à certains de ses hauts fonctionnaires. La nouvelle autorité, connue sous le nom de U.S.Cesar Syria Civilian Protection Act, permet de cibler des entreprises étrangères, y compris au Liban, en Jordanie et en Irak voisins.

«Cette législation fermera toutes les portes au régime syrien et à toute personne qui s’en occupera», a déclaré Nizar Zakka, un citoyen libanais membre de l’équipe de la loi César, un groupe qui conseille les autorités américaines sur la mise en œuvre des sanctions.

La première vague de sanctions sera imposée le 17 juin. Trois autres étapes suivront avant fin août, a-t-il précisé.

César est le nom de code d’un photographe médico-légal syrien qui a exposé graphiquement la brutalité de la répression du gouvernement en faisant passer des milliers de photos de victimes de la torture.

Les experts estiment que les nouvelles sanctions porteront un coup dur à un pays où 80% de la population vit déjà en dessous du seuil de pauvreté, soit moins de 100 dollars par mois, selon les Nations Unies. Le gouvernement syrien a qualifié les sanctions de «terrorisme économique».

Certaines des répercussions ont déjà été profondes.

Le prix du pain a augmenté de près de 60% dans la province nord-ouest tenue par les rebelles d’Idlib, même si le territoire n’est pas inclus dans les nouvelles sanctions. Sa population, dont beaucoup sont au chômage et vivent dans des camps de déplacés, a également été durement touchée par l’effondrement de la livre, car c’est la principale devise utilisée à Idlib.

En conséquence, des manifestations ont éclaté cette semaine appelant à l’éviction du «gouvernement du salut» administrant Idlib, dirigé par Hayat Tahrir al-Sham, lié à al-Qaïda.

La livre syrienne – qui était à 47 pour un dollar au début du conflit – s’est maintenue à environ 500 pour un dollar de 2014 à l’année dernière.

Il a commencé à s’effondrer à partir d’un certain nombre de facteurs: le blocage du coronavirus, la crise financière du Liban, de nouvelles règles exigeant l’utilisation de la livre syrienne et une querelle entre Assad et son cousin Rami Makhlouf, l’un des hommes les plus riches de Syrie.

Le gouvernement syrien a perdu des revenus importants provenant de ressources dans des zones hors de son contrôle, y compris des champs de pétrole à l’est détenus par des combattants soutenus par les États-Unis et des terres agricoles qui produisaient une grande partie du blé du pays.

Le plus dommageable a peut-être été la crise financière au Liban. Les banques y ont servi de passerelle vers le monde pour les hommes d’affaires syriens, les fonctionnaires et les citoyens moyens. Désormais, le contrôle serré des capitaux au Liban enferme des milliards de dollars dans leurs comptes.

« Le Liban n’était pas seulement la carte de sortie de prison économique de la Syrie, mais il est le cœur battant du monde des affaires en Syrie », a récemment écrit Danny Makki, journaliste et analyste politique syrien basé en Grande-Bretagne, pour le Middle East Institute.

Le Liban panique également de perdre la Syrie, en particulier l’électricité qu’il achète encore à ce pays ravagé par la guerre. Ces dernières semaines, l’armée libanaise a commencé à fermer certaines routes de contrebande à destination et en provenance de la Syrie où circulent du carburant, du diesel, des médicaments et d’autres marchandises.

La Syrie et ses alliés affirment que la loi César vise à affamer le peuple syrien. L’ambassade des États-Unis en Syrie – fermée depuis le début du conflit – a tweeté dimanche: « La guerre destructrice du régime a écrasé l’économie syrienne, pas les sanctions américaines ou européennes ».

Au milieu de la tourmente, Assad a limogé mercredi le Premier ministre Imad Khamis dans un geste qui semblait viser à dévier la colère du public. Khamis a déclaré au Parlement cette semaine que le gouvernement discutait avec des alliés des moyens d’augmenter la valeur de la livre. Il a déclaré que le gouvernement prenait également des mesures pour éviter toute pénurie de produits pharmaceutiques.

Samer Aftimos, pharmacien à Damas, a déclaré que des pénuries étaient déjà en cours, en partie à cause de la rétention de médicaments. Les sociétés pharmaceutiques ont cessé de fournir certains médicaments, a-t-il déclaré.

Le législateur syrien Muhannad Haj Ali, qui subit des sanctions européennes et américaines depuis des années, a déclaré que la Syrie a survécu aux crises économiques passées et qu’elle surmontera la loi César.

« Ce que les terroristes et les Américains ne pouvaient pas prendre sur le champ de bataille, où nous avons payé avec notre sang et nos blessures, ils ne pourront pas gagner politiquement, quelle que soit la pression qu’ils exercent », a-t-il déclaré.

———

L’écrivain Associated Press Albert Aji à Damas, en Syrie, a contribué au reportage.

Alexandre D

Ecrit par Alexandre D

Père de famille, et toujours à l'affût d’une news que les autres n’auraient pas… Je mets à disposition, mes découvertes, mes petites infos trouvées ici et là, et j’espère que vous les apprécierez.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement

0

L’économie britannique a chuté de 20,4% en avril

64% des Américains s’opposent au mouvement de « financement de la police », objectifs clés: POLL