in

Dans un revirement, l’armée est désormais «ouverte» à la conversation sur le changement de nom des bases nommées d’après les dirigeants confédérés

Il y a 10 installations de l’armée nommées d’après les chefs militaires confédérés.

9 juin 2020 à 19h13

7 min de lecture

7 min de lecture

Partager sur FacebookPartager sur TwitterEnvoyer cet article

Dans un revirement, l’armée américaine a déclaré qu’elle était maintenant « ouverte » à une conversation sur le changement de nom des bases initialement nommées d’après les chefs militaires confédérés.

« Le secrétaire à la Défense et le secrétaire à l’armée sont ouverts à une discussion bipartite sur le sujet », a déclaré lundi la porte-parole de l’armée, Cynthia Smith.

Il y a 10 installations de l’Armée, dont Fort Lee en Virginie et Fort Bragg en Caroline du Nord, nommées d’après les chefs confédérés de la guerre civile. Pendant des années, les critiques ont dit aux militaires qu’il était temps de changer – les noms des hommes édifiants qui se sont battus pour la suprématie blanche et le droit de posséder des esclaves.

Mais aussi récemment qu’en février, l’armée a déclaré qu’elle n’avait « aucun plan pour renommer une rue ou une installation », affirmant qu’il était « important de noter que la dénomination des installations et des rues a été faite dans un esprit de réconciliation, afin de ne pas soutenir toute cause ou idéologie particulière. « 

Dans cette photo d’archive du 26 septembre 2014, un signe de Fort Bragg est vu à Fayetteville, N.C.

Dans cette photo prise le 26 septembre 2014, un signe de Fort Bragg est vu à Fayetteville, en Caroline du Nord Chris Keane / ., FILE

« L’armée a pour tradition de nommer les installations et les rues d’après des personnages historiques d’importance militaire, y compris d’anciens officiers généraux de l’Union et des Confédérés », selon le communiqué de l’époque.

Un responsable a déclaré à ABC News que la mort de George Floyd alors qu’il était détenu par le département de police de Minneapolis le 25 mai et les manifestations qui ont suivi contre la brutalité policière et les inégalités raciales en Amérique ont conduit les dirigeants du département de la Défense à inverser cette position antérieure et à signaler l’ouverture à un conversation sur le changement de nom des bases. Pendant ce temps, les villes à travers le pays ont choisi de supprimer le statut de figures confédérées.

Une équipe d’inspection du Virginia Department of General Services prend des mesures lors de l’inspection de la statue du général confédéré Robert E. Lee sur Monument Avenue, le 8 juin 2020, à Richmond, en Virginie.

Une équipe d’inspection du Département des services généraux de Virginie prend des mesures lors de l’inspection de la statue du général confédéré Robert E. Lee sur Monument Avenue, le 8 juin 2020, à Richmond, en Virginie Steve Helber / AP

Le sénateur Richard Blumenthal, D-Conn., A déclaré aux journalistes mardi qu’il était favorable au changement des noms « qui portent des connotations raciales et impliquent un racisme continu dans notre société ».

« L’armée est en fait l’une des institutions les plus efficaces de notre pays pour intégrer et éviter la discrimination », a déclaré Blumenthal, membre de la commission sénatoriale des services armés. « Donc, renommer ces bases serait très, très approprié pour les militaires, reconnaissant les progrès qu’ils ont réalisés – plus de progrès que beaucoup d’autres secteurs de notre société. Et j’espère que le secrétaire à la Défense en tiendra compte. »

Le contributeur d’ABC News, Mick Mulroy, ancien secrétaire adjoint adjoint à la défense et marine à la retraite, a suggéré que l’armée pourrait renommer ses bases après les récipiendaires de la médaille d’honneur de ces États. Mulroy a grandi près de Fort Gordon en Géorgie, du nom du général confédéré John Brown Gordon qui s’est opposé à la reconstruction et qui aurait dirigé une partie du Klu Klux Klan.

« Depuis la fin de la guerre civile, il y a eu près de 30 médailles d’honneur de la Géorgie d’après mon décompte », a déclaré Mulroy. « Je commencerais par là, puis passerais à l’installation suivante. »

« Bien que la guerre civile doive être rappelée comme faisant partie de notre histoire, cela devrait être fait dans les musées et par les historiens », a-t-il ajouté. « Les soldats américains devraient servir sur des bases qui portent le nom des héros qui ont sacrifié et combattu pour notre pays, et non contre lui ».

La mort de Floyd a également déclenché une conversation sur l’affichage de l’attirail confédéré sur les bases. En février, le commandant du Corps des Marines, le général David Berger, a interdit aux symboles confédérés, y compris le drapeau confédéré, des installations du Corps des Marines, écrivant qu’ils avaient le « pouvoir d’attiser les sentiments de division ».

Lundi, le sénateur Tammy Duckworth, D-Ill., A écrit aux chefs de l’armée, de la marine, de l’armée de l’air, de la garde côtière et de la garde nationale pour promulguer un règlement similaire et interdire l’affichage du drapeau confédéré.

« Honorer la » cause perdue « de ceux qui ont mené la guerre contre les États-Unis d’Amérique, ou défendre le droit d’un État à permettre à ses résidents de posséder, vendre et tuer des compatriotes américains comme propriété, n’a pas sa place dans notre nation, en particulier les forces armées américaines qui ont mené une guerre mortelle pour éliminer la pratique barbare de l’esclavage « , a écrit Duckworth, un vétéran du combat.

« Les critiques de l’interdiction de l’affichage public du drapeau de la bataille des Confédérés peuvent m’accuser de chercher à » effacer « l’histoire », a-t-elle poursuivi. « Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. … Interdire la célébration est distinct de l’éducation. »

Trish Turner d’ABC News a contribué à ce rapport.

Avatar

Ecrit par garconne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les retards de vote par correspondance dans la principale cause de la Pennsylvanie sonnent l’alarme vers novembre

Les États-Unis contestent l’expédition prévue pour récupérer la radio du Titanic